Céline Dion garde encore des "séquelles" du décès de René Angelil

Par , publié le
People
Celine Dion et René Angelil

À la télévision canadienne, Céline Dion a déclaré conserver encore des "séquelles" de la mort de son mari René Angélil. Elle explique notamment ne pas arriver à dormir seule du fait de son chagrin.

Près d'un an après la disparition de son compagnon René Angelil à l'âge de 73 ans, la douleur reste vive pour celle qui aura partagé sa vie plus de trente années durant, d'abord en tant que trésor de son gestionnaire puis en qualité d'épouse. Samedi dernier, Céline Dion a de nouveau évoqué son mari auprès de son confrères canadiens d'ICI Radio-Canada Télé.

"J’en­tends encore René me dire : 'Céline, je t’aime telle­ment. Il n’y a personne qui va t’ai­mer autant que moi.' Je suis débor­dante, j’ai du bagage d’amour pour le restant de mes jours. Je suis fière de moi. D’avoir su être capable de conti­nuer avec René, de le pous­ser à vivre. D’avoir été à ses côtés, d’avoir été capable de le lais­ser partir, d’avoir réchauffé son corps glacé."

René Angélil : Céline Dion fière d'avoir "continué" avec lui

Dans des propos rapportés par Public.fr, la chanteuse se dit même plus à l'aise avec son métier qu'elle ne l'était auparavant : "J’aime mieux chan­ter main­te­nant qu’a­vant, parce que je n’ai plus besoin de le faire. Je n’ai plus à me prou­ver à moi même. J’ai mieux main­te­nant, j’ai mes enfants". Ce qui ne l'a toutefois pas empêché de décliner l'invitation de Donald Trump à venir chanter pour son investiture.

"Je dors encore avec mes jumeaux"

Et si ses enfants ont réussi à surmonter le décès de leur père, Célion Dion reconnaît ne pas être encore en mesure d'assumer totalement sa solitude.

"Après avoir eu René-Charles, j'ai eu beau­coup d'angoisse et de peurs. Je ne voulais plus aller chan­ter. Je l’ai fait. Ç’a été dur. Ç’a été diffi­cile, mais je suis fière d’avoir su tenir la main et prépa­rer mes enfants à leur nouvelle vie sans leur père. Mes trois enfants n’ont aucune séquelle. C’est la chose dont je suis le plus fière. Moi j’en ai des séquelles. Je dors encore avec mes jumeaux, et c’est pour apai­ser ma peine. Je ne veux pas être seule."

Crédits photos : © Featureflash / Shutterstock.com

Partager cet article