Les catastrophes naturelles favoriseraient le risque de démence

Par , publié le
Santé La ville japonaise de Kesennuma dévastée par le tsunami le 12 mars 2011
La ville japonaise de Kesennuma dévastée par le tsunami le 12 mars 2011

Une étude scientifique récente met en avant un éventuel lien entre les catastrophes naturelles et un risque accru de développer une démence.

Séismes en Italie, ouragan Matthews ou tsunamis meurtriers, les catastrophes naturelles se succèdent ces dernières semaines. Comme souvent dans pareils cas, les personnes sinistrées resteront à jamais traumatisées par le désastre.

Une étude publiée par des chercheurs de l’école de santé publique de Harvard démontre que les victimes de catastrophes naturelles seraient plus susceptibles de souffrir de démence.

La démence favorisée par les catastrophes naturelles

Pour les besoins de leur étude publiée sur le site de l'Académie des Sciences des États-Unis, les scientifiques se sont penchés sur la santé des habitants de la ville d’Iwanuma, une ville côtière japonaise qui fait partie des plus touchés par le tsunami de 2011. 180 personnes y ont trouvé la mort et la moitié de ses infrastructures avaient été détruites.

De 4,1 % des habitants de la ville souffrant de démence 7 mois avant le passage de la vague meurtrière, 11,5 % des 3 566 survivants de plus de 65 ans étaient atteints du syndrome. Le lien entre la catastrophe et le développement de démence semble être clairement établi ici.

En approfondissant leurs travaux, les scientifiques ont remarqué que plus que la mort de certains proches, c’est la perte de leurs habitations et le fait de vivre dans des refuges temporaires qui a le plus touché ces personnes. Le changement soudain de voisinage serait également en cause.

Les jeunes plus aptes à rebondir

Les scientifiques ont également relevé que les populations plus jeunes auraient été moins touchées par un syndrome de démence à la suite du tsunami, notamment car elles ont pu refaire leurs vies plus rapidement en emménageant dans d’autres villes.

Cette étude étant la première à dégager un éventuel lien entre la démence et les catastrophes naturelles, ses résultats restent à confirmer. Cette caractéristique pourrait en effet être propre à la culture japonaise très collectiviste.

Rappelons que la démence est une maladie qui entraîne une détérioration cognitive et affecte la mémoire, la compréhension et le langage.

Crédits photos : © JIJI PRESS/AFP/Archives JIJI PRESS

Partager cet article