Cas de polio en Ukraine : l'OMS se veut rassurante

Par , publié le
International
Une enfant vaccinée contre la polio au Pakistan.

Deux cas de poliomyélite ont été diagnostiqués en Ukraine, une première en Europe depuis 2010. Néanmoins, l'OMS tient à rassurer quant à un risque de contamination à l'échelle internationale.

Mercredi, l'OMS a confirmé à l'AFP que deux cas de poliomyélite avaient été observés chez des enfants en bas âge en Ukraine. Il s'agit là des premiers cas relevés en Europe depuis l'année 2010. C'est dans la région de Transcarpatie, à l'Ouest du pays que la maladie, qui atteint le système nerveux central, a touché les enfants âgés de 10 mois et 4 ans.

Polio : en Ukraine, une vaccination trop rare

Polio global eradication initiative, une association qui combat la maladie infectieuse, estime que seule la moitié de la jeune population ukrainienne a fait l'objet d'une vaccination l'année dernière. Quant aux autorités, elles sont conscientes du problème; le vice-ministre de la Santé évoque un "manque chronique de financements" d'une part, et le poids croissant des adversaires des campagnes de vaccinations.

Afin de contrer une éventuelle épidémie, le pays s'est attelé à l'acheminement de vaccins, "600.000 doses qui seront livrées d'ici la semaine prochaine dans les régions", a dit Olexandre Kvitachvili, ministre en charge de la Santé, à l'agence Interfax. Une telle quantité devrait, selon lui, "couvrir les besoins jusqu'à la fin de l'année".

OMS : un "faible" risque de contamination

Cependant, si du côté des autorités ukrainiennes, on craint une épidémie, les instances internationales se veulent rassurantes. L'OMS juge en effet que le risque d'extension de la maladie à l'échelle internationale est "faible". Pour l'institution, la polio est éradiquée à 99%, et en 2013, elle ne comptabilisait que 3 pays dans lesquels la maladie infectieuse sévissait encore : Nigeria, Afghanistan et Pakistan. La même liste de pays en comptait encore 125 en 1988.

Crédits photos : Asianet-Pakistan / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus