Cancer : un risque favorisé par des sinusites chroniques ?

Par , publié le
Santé Illustration, la grippe.
Illustration, la grippe.

Une étude américaine avance que les sinusites chroniques pourraient conduire à un risque plus élevé de cancer pour les personnes de plus de 65 ans. Seraient particulièrement concernés les cancers de la tête et du cou.

Les sinusites chroniques seraient-elles le signe confirmé d'un risque de cancer de la tête et du cou ? C'est en tout cas la principale observation formulée dans une récente étude américaine. Laquelle avance en effet que ce type de sinusite pourrait favoriser un risque plus élevé de certaines tumeurs chez les plus de 65 ans.

Plus précisément, les résultats de ces recherches, parus le 8 septembre dernier dans les colonnes de la revue médicale JAMA Otolaryngol Head Neck Surgery, prêtent aux sexagénaires avancés atteints de sinusite chronique des probabilités plus fortes de trois sous-types de cancer.

Sinusites chroniques : risque fort de cancer chez les +65 ans ?

Ces trois tumeurs, telles que rapportées par nos confrères d'Actu Santé .net, se trouvent être le cancer du nasopharynx, le cancer de l’oropharynx lié au papillomavirus humain et le cancer des fosses nasales et des sinus paranasaux. L'étude a concerné plus d’un million de citoyens américains âgés de 65 ans ou plus entre 2004 et 2011.

Sur ces personnes dont les données ont été analysées par les chercheurs de l'Institut National du Cancer aux États-Unis, 21.000 avaient contracté un cancer des voies aérodigestives. Le lien entre l'apparition de ces cancers et les sinusites chroniques serait la détérioration du système immunitaire provoquée par ces dernières.

Une probabilité absolue toutefois "faible"

On nous indique malgré tout que le risque de développement de ces cancers peut être sensiblement réduit de par un diagnostic réalisé moins d'un an après l'apparition de la sinusite. Les scientifiques se veulent cependant encore plus rassurants sur la question :

"Malgré le fait que les personnes atteintes de sinusite chronique ont un risque accru de certains sous-types de cancers du cou et de la tête, le risque absolu de ces cancers est faible". Les trois sous-types de cancer mentionnés ci-dessus comptent en effet pour 4% des cancers recensés au niveau mondial, soit une faible proportion.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus