Cancer : pas d'accès à des soins appropriés pour plus de 3 malades sur 4

Par , publié le | modifié le
Santé Un scanner (photo d'illustration)
Un scanner (photo d'illustration)

Une étude récemment publiée révèle que plus de 3 malades du cancer sur 4 dans le monde n'ont pas accès à des soins appropriés, quand seulement 6 patients maximum sur 10 peuvent bénéficier d'une radiothérapie.

Quand bien même un certain nombre de cas de cancer apparaissent curables, les malades concernés n'ont pas toujours la possibilité de se soigner. C'est ce que semble vouloir confirmer une étude récemment parue dans la revue The Lancet Oncology, pour des résultats également présentés au Congrès européen de cancérologie (ECC) se fermant aujourd'hui à Vienne (Autriche).

Dans des données rapportées par nos confrères de Pourquoi Docteur ?, on apprend ainsi que plus de 3 malades sur 4 dans le monde n'ont pas accès à une chirurgie "sûre" et "appropriée". Le professeur Richard Sullivan, chef de la commission responsable du rapport sur la chirurgie du cancer, précise les observations relevées : "Nos nouvelles estimations suggèrent que moins d'un patient sur 20 dans les pays à faibles revenus et environ un sur cinq dans les pays à revenus moyens ont accès ne serait-ce qu'à une chirurgie de base."

Traitements contre le cancer : la radiothérapie pour seulement 4 à 6 malades sur 10

Une autre analyse menée par une commission différente révèle quant à elle que sur les 12 millions de personnes atteintes de cancer dans le monde, seulement 40 à 60% peuvent bénéficier d'une radiothérapie. Le taux descend en-dessous de 10% pour les pays à faibles revenus, et bien davantage pour une quarantaine de pays africains ne disposant d'aucun équipement adapté.

22 millions de cas attendus pour 2030

Alors que l'on estime que 7 millions de nouveaux cas vont être enregistrés dans les quinze années à venir, avec la nécessité d'une chirurgie pour 80% de ces patients et le besoin d'une radiothérapie pour 60% d'entre eux, le signal d'alarme est plus que jamais lancé. Le professeur Pramesh, spécialiste indien, évoque une situation prochaine telle qu'elle se devra d'être contrée presque automatiquement : "la communauté internationale ne pourra plus ignorer le problème". En ajoutant que la problématique apparaîtra particulièrement marquée en Afrique subsaharienne ainsi qu'en Asie, "où les besoins chirurgicaux devraient augmenter de 60 % d'ici à 2030".

Crédits photos : zlikovec/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus