Canada : la gratuité des soins de santé pour les réfugiés bientôt restaurée

Par , publié le | modifié le
International John McCallum, ministre canadien de l'Immigration
John McCallum, ministre canadien de l'Immigration

Jeudi, le Canada a annoncé le rétablissement prochain du programme permettant aux réfugiés et demandeurs d'asile de bénéficier d'une gratuité des soins de santé.

Depuis 2012, les réfugiés et demandeurs d'asile du Canada ne pouvaient accéder aux soins de santé si sans ressources, et ce suite au démantèlement, partiellement opéré par la précédente administration conservatrice, du programme de gratuité de ces mêmes soins.

Ce programme va toutefois être bientôt rétabli, le gouvernement canadien ayant ainsi annoncé jeudi qu'à compter du 1er avril prochain, tous les réfugiés et demandeurs d'asile pourront bénéficier de soins gratuits. Le ministre de l'Immigration John McCallum a précisé que le rétablissement de ce programme intérimaire coûtera plus ou moins 5,9 millions de dollars canadiens (soient 3,9 millions d'euros).

Soins de santé gratuits au Canada : les réfugiés réintégrés dès le 1er avril

Pour M. McCallum cité par nos confrères d'Actu Santé, "cette réforme garantira que tous les réfugiés et demandeurs d’asile puissent bénéficier de services en fonction de leurs besoins en matière de santé". Le programme en question (PFSI pour Programme fédéral de santé intérimaire) concerne les soins hospitaliers, médicaux, ophtalmologiques et dentaires de même que les médicaments sur ordonnance.

Une mesure renforcée au 1er avril 2017

On apprend de même qu'un an plus tard, soit le 1er avril 2017, seront également pris en charge par le gouvernement du Canada l'examen médical et les vaccins d'une sélection de réfugiés souhaitant se rendre à l'étranger. Une mesure déjà en vigueur auprès des réfugiés syriens débarquant sur le sol canadien et dont le coût est estimé, selon le ministre de l'Immigration, à quelque 5,6 millions de dollars canadiens (3,6 millions d'euros).

Rappelons qu'en 2014, l'exclusion des demandeurs d'asile du PFSI avait été jugée anticonstitutionnelle par la cour fédérale. Laquelle avait ainsi considéré, en se basant la charte canadienne des droits et libertés, que ces exclusions représentaient un traitement "cruel et inusité". En décembre dernier, le gouvernement de Justin Trudeau aura d'ailleurs abandonné le pourvoi demandé par l'administration précédente conséquemment à la décision de la cour fédérale.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus