Camps de Roms : Duflot refuse de démanteler sans solution alternative

Par , publié le | modifié le
Politique Cecile Duflot
Cecile Duflot

Les camps de Roms sont au centre d’une vive polémique depuis l’expulsion de cette semaine à Lyon. Cécile Duflot, la ministre du Logement a déclaré que le démantèlement n’était pas une solution si aucune solution de relogement n’est proposée.

Les camps de Roms font débats notamment depuis l’expulsion de plusieurs personnes d’un immeuble lyonnais. Cécile Duflot a déclaré que le démantèlement sans relogement revenait à « mettre les gens dans une précarité encore plus grande ». Le sujet sera donc abordé lors de la prochaine réunion interministérielle. Sur France Inter, la ministre du Logement a déclaré qu’il « n’est pas admissible que, dans notre pays, des familles, des enfants, vivent dans des conditions sanitaires, dans des bidonvilles, absolument insupportables. C’est pour ça que le président de la République avait pris un très bon engagement, de dire qu’on ne peut pas démanteler les camps sans solutions alternatives. C’est ce que le gouvernement va mettre en œuvre ».

Selon le Nouvel Obs, plusieurs campements ont été évacués sur une décision de justice. De nombreuses associations, le NPA, l’EELV ou encore le Front de Gauche ont dénoncé ce genre de pratique. La ministre a donc indiqué que des solutions alternatives allaient être mises en place en partenariat avec les associations de défense des droits des Roms. Elle estime également que la France se doit de prendre en charge les 15 000 Roms qui viennent sur le territoire, car « C’est un problème que nous avons les moyens de prendre en charge ».

Crédits photos : Sébastien Robert (E.PP) pour Public Sénat/phototélé

Partager cet article