Cameroun : L’association WWF accusée de violer les droits de l’Homme

Par , publié le

L’ONG britannique Survival a déposé une plainte auprès de l’OCDE pour dénoncer les agissements de WWF au Cameroun.

Les activités de l’association WWF violent-elles les droits de l’Homme au Cameroun ? C’est en tout cas ce que pense l’ONG britannique Survival qui vient de déposer une plainte à l’encontre du Fonds mondial pour la nature auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

WWF est accusé de financer des activités qui violent les droits de l’Homme des Pygmées du Cameroun.

Violences envers l’ethnie Baka

L’association Survival International est connue pour défendre les droits des peuples autochtones. Dans un communiqué, elle précise les raisons pour lesquels elle a décidé de pointer WWF du doigt.

Selon l’ONG, des équipes de lutte contre le braconnage financées par le WWF sont à l’origine de nombreux abus et de violences sur la communauté Baka et sur d’autres ethnies basées dans le Bassin du Congo.

Torture et passage à tabac

Survival précise que des membres Baka lui ont rapporté des actes de violence, des arrestations abusives, la destruction de camps, des passages à tabac, des tortures et même des morts. Une situation qui durerait depuis près de 20 ans. Plusieurs témoignages ont été recueillis par Survival.

WWF, qui a joué un rôle essentiel dans la mise en place de trois aires protégées dans le Sud-Est du Cameroun, a répondu à ces accusations dans un communiqué. Le Fonds pour la nature indique « prendre très au sérieux toute allégation de violations des droits de l’homme » en affirmant se battre pour « obtenir l’amélioration de la reconnaissance et des droits en faveur de la communauté Baka en demandant notamment au ministère camerounais des Forêts et de la Faune d’améliorer les mécanismes [...] de résolution des incidents concernant d’éventuels conflits ou abus ».

La plainte de Survival a été reçue par l’OCDE, une opération de médiation entre les deux ONG va désormais être mise en place.

Partager cet article