Caen : un lycéen condamné à 2 ans de prison pour apologie du terrorisme

Par , publié le
France Photo d'illustration
Photo d'illustration

Jeudi, un jeune de 18 ans a été condamné à 2 ans de prison pour apologie du terrorisme, après avoir posté des dizaines de pages de tweets pour exprimer son soutien à Daesh.

A Caen, un jeune lycéen de 18 ans a été jugé en correctionnelle et condamné à 3 ans de prison dont 2 fermes. Il avait posté plus de 70 pages de tweets dans lesquels il clamait son soutien à Daesh et se félicitait des attentats de Paris. Il est également condamné pour avoir menacé de mort l'imam de Drancy, considéré comme modéré, en mai dernier sur Twitter.

Condamné pour apologie du terrorisme

En six mois ce jeune de 18 ans a posté plus de 70 pages de tweets dans lesquels il déclarait son soutien au groupe État Islamique et dans lesquels il affirmait également avoir "un bac+ 5 préparateur de guerre civile" et invitait à "faire craquer la France comme ils ont fait craquer nos pays". Parmi ses tweets publiés après les attentats de Paris on pouvait lire : "Mon plus beau souvenir du Bataclan, pété de rire" ou encore "Fusillade à Paname, mort de rire".

Le lycéen est incarcéré depuis le 18 novembre et a été condamné jeudi à 3 ans de prison dont 2 fermes pour apologie du terrorisme. Durant l'audience, le jeune a présenté ses excuses à de multiples reprises et a exprimé ses regrets en affirmant qu'il s'agissait d'un "délire, je le pensais pas du tout. Je me suis créé un personnage. En réalité, je suis pas du tout comme ça." L'avocat du jeune homme a également présenté son client comme étant "un gamin normal". "En dehors de Twitter, y a rien", des arguments qui n'ont pas convaincu la procureure de la République de Caen.

Le lycéen menace de mort l'imam de Drancy

Le 27 mai 2015, le jeune lycéen a également menacé de mort l’imam Hassen Chalghoumi de Drancy (Seine-Saint-Denis) sur Twitter : "S'il est toujours à Drancy, tuez-le", c'est un "imam qui prêche l'ouverture aux autres", avait-il écrit. L'imam considéré comme modéré et se présentant comme partisan d'un dialogue inter-religieux, notamment entre l'islam et le judaïsme a porté plainte contre le jeune homme et une enquête a été ouverte entre les 13 et 16 novembre.

En plus de sa condamnation pour apologie du terrorisme, le lycéen est donc également condamné pour avoir menacé de mort l'imam de Drancy.

Partager cet article

Pour en savoir plus