Burkina Faso : mort de trois gendarmes près de la frontière malienne

Par , publié le
International Des soldats en patrouille près de la caserne où sont retranchés les ex-putschistes, le 29 septembre 2015 à Ougadougou, au Burkina Faso
Des soldats en patrouille près de la caserne où sont retranchés les ex-putschistes, le 29 septembre 2015 à Ougadougou, au Burkina Faso

Vendredi au Burkina Faso, trois gendarmes ont trouvé la mort dans l'attaque d'une brigade survenue non loin de la frontière malienne.

Le Chef d'État-major des Armées, le général de brigade Pingrenoma Zagré, vient de rapporter l'attaque meurtrière d'une brigade de gendarmerie survenue vendredi au Burkina Faso : "Vers 04h00 (04h00 GMT), une cinquantaine d'hommes armés encore non identifiés, venus des frontières occidentales du Burkina, ont attaqué la brigade de gendarmerie de Samorogouan."

L'attaque causera la mort de trois gendarmes et de l'un des assaillants. Dans un premier temps, il avait été suggéré que les responsables de cet attentat soient rattachés au conflit séparatiste secouant le nord du Mali, comme nous en informe L'Orient-Le Jour.

Attaque près de la frontière malienne : les meneurs du putsch en présumés responsables

Le gouvernement a ensuite, par voie de communiqué, privilégié la thèse d'une attaque conduite par les meneurs du putsch avorté du mois dernier, une tentative de coup d'État conduite par le général Gilbert Diendéré ainsi que par des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) : "Tous les renseignements obtenus laissent penser à la continuité du plan de déstabilisation des institutions de la Transition, fomenté par les putschistes". L'État burkinabé a, dans le même temps, dénoncé l'aide supposément apportée aux responsables de cette attaque par "les forces étrangères et jihadistes". Soulignons que l'attaque n'a pas encore été revendiquée et que l'identification de ses auteurs reste à établir.

Première attaque de ce type dans la région

Samorogouan, département au sein duquel l'attaque a eu lieu, se situe à 500 kilomètres au sud-ouest d'Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, et à plus ou moins cinquante kilomètres à l'est de la frontière malienne. À noter qu'il s'agit là de la première attaque de ce type relevée dans cette région, l'agression d'août dernier responsable de la mort d'un gendarme étant intervenue le long de la frontière burkinabée.

Crédits photos : © AFP SIA KAMBOU

Partager cet article

Pour en savoir plus