Bruno Le Maire : "nos femmes ont vocation", la formule qui ne passe pas

Par , publié le | modifié le
Politique Bruno Le Maire sur BFMTV le 28 juin 2016
Bruno Le Maire sur BFMTV le 28 juin 2016

Samedi, le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire a suscité l'indignation après avoir déclaré, lors de l'université d'été des Républicains, que "nos femmes ont vocation à être visibles, pas dissimulées". Sauf qu'il n'a pas employé exactement ces mots.

Le sujet était épineux, maintes fois discuté ces dernières semaines, mais ce n'est pas tant sur le fond que la forme que le candidat à la primaire de la droite Bruno Le Maire a visiblement trébuché. Samedi, à l'occasion de l'université d'été des Républicains, le député de l'Eure aurait ainsi usé de la formule suivante pour signifier son point de vue sur le port du voile et du burkini en France :

"Nos femmes ont vocation à être visibles, pas dissimulées". Le souci résidant dans l'utilisation de l'adjectif possessif "nos" pour désigner les Françaises et du terme "vocation" pour leur prêter un devoir. La classe politique, en particulier féminine, n'a que très peu apprécié, à en croire plusieurs commentaires publiés sur le réseau Twitter.

"Nos femmes" : Le Maire raillé sur Twitter

Avec le message "Nos femmes, nos chevaux, nos gens...", la ministre des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes Laurence Rossignol s'est rappelée de propos semblables tenus par Jacques Chirac en 1992. Pour la secrétaire d'État chargée des personnes âgées et de l'autonomie Pascale Boistard, c'est un "Non merci" que récolte Bruno Le Maire, ainsi accusé de faire dans le "patriarcat" et le "sexisme".

Une erreur de BFMTV ?

La secrétaire d'État au Numérique et à l'innovation Axelle Lemaire a quant à elle adopté un ton plus ironique : "Mais enfin Bruno c pourtant bien connu que les femmes ne savent pas ce qu'elles veulent! Signé: ton Axelle".

Du côté des hommes, le député socialiste Sébastien Denaja a dénoncé un "festival de misogynie" à La Baule, avant de citer Bruno Le Maire et d'ajouter qu'aucune femme n'est candidate aux primaires. Une situation qui n'est toutefois pas figée dans le marbre puisque, si les confirmations restent effectivement à venir, Nadine Morano a indiqué être particulièrement avancée quant aux parrainages à réunir, et Nathalie Kociusko-Morizet de s'annoncer elle aussi comme une potentielle candidate à la primaire de la droite.

On apprend toutefois que Bruno Le Maire a utilisé l'expression "les femmes" et non "nos femmes", visiblement attribuée à tort au candidat par le compter Twitter de BFMTV.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus