Brigitte Bardot ne veut plus de son image sur des assiettes et des espadrilles

Par , publié le | modifié le
People Brigitte Bardot en 2013
Brigitte Bardot en 2013

Le mari de Brigitte Bardot a fait savoir à un commerçant de St-Tropez que son exploitation de l'image de l'ex-actrice doit cesser. Excédé de voir l'image de l'ancienne égérie de St Tropez exploitée à tort et à travers, il demande la cessation de la vente de ces produits.

À St-Tropez, une boutique de produits dérivés vend des articles à l'effigie de Brigitte Bardot. Un choix commercial pouvant apparaître relativement anodin et non risqué, sauf que Bernard d'Ormale, mari de l'ex-actrice, a fait savoir que son épouse et lui étaient formellement opposés à la poursuite de cette exploitation, qui se fait d'ailleurs sans autorisation.

Nos confrères de Var-Matin précise que la boutique est tenue par un artiste peintre du nom de Sasha. Dans une galerie située à proximité, ce dernier vend donc également des toiles, dont le modèle apparaît également être Brigitte Bardot. Une appropriation qui était semble-t-il connue du couple Bardot, sans que celui-ci ait pour autant demandé la fermeture de la galerie ou une réorientation artistique.

St-Tropez : l'image de Bardot sur des assiettes et des espadrilles, "c'est trop"

Mais avec l'ouverture de cette enseigne, Bernard d'Ormale exprime une exaspération : "Il y a des proportions dans l'exploitation !" "On a l'habitude de voir des représentations de BB partout mais là c'est trop ! Dans la boutique, il y a des bougies, des montres, des espadrilles, des assiettes, des tas de trucs ! Bientôt, on va faire des bagnoles avec le nom BB !"

Le peintre propose de partager ses gains avec la Fondation

Une des peinture réalisées par le peintre Sasha et représentant Brigitte Bardot (capture d'écran d'une oeuvre en vente)

Une des peinture réalisées par le peintre Sasha et représentant Brigitte Bardot (capture d'écran d'une oeuvre en vente)

Comme défense, l'artiste peintre invoque la réutilisation des portraits qu'il a lui-même peints. Un argument peu convainquant pour Bernard d'Ormale : "C'est juste une façon détournée d'exploiter l'image de quelqu'un." Et quand Sasha indique avoir tenté de contacter le couple, sans succès, et qu'il serait "heureux de partager [ses] bénéfices avec la Fondation Brigitte Bardot", le compagnon de cette dernière n'apparaît pas plus décidé à un arrangement à l'amiable : "Pas question de s'associer à un tel business. On ne veut pas de complicité avec des personnes qui exploitent l'image de BB abusivement." Selon les dires du mari de l'égérie des années 60, le commerçant devrait recevoir la visite d'un huissier dans quelques jours.

Crédits photos : © Capture d'écran Youtube

Partager cet article

Pour en savoir plus