Bretagne : il meurt après une double piqûre de frelon asiatique

Par , publié le
Faits Divers Illustration. Le frelon asiatique
Illustration. Le frelon asiatique

Le mois dernier à Sainte-Sève, en Bretagne, un homme de 60 ans est décédé après avoir été victime de deux piqûres de frelon asiatique.

Les faits se sont déroulés le 22 juillet dernier dans la commune de Sainte-Sève, en Bretagne. Un homme âgé de 60 ans se serait aventuré près d'un nid de frelons asiatiques, lequel se trouvait dans un nid pour mésanges et au sein de son propre jardin.

Nos confrères de Ouest-France supposent que le sexagénaire ait tapoté sur le mât de l'abri artificiel, ce qui aurait eu pour conséquence de contrarier les frelons et de les faire sortir de leur nid. L'homme sera piqué à deux reprises, avec une blessure observée au front et une autre entre l'épaule et le cou.

Mort par deux piqûres de frelon asiatique : l'homme avait des antécédents cardiaques

Victime d'une attaque cardiaque dans la foulée, le sexagénaire est vraisemblablement resté inconscient en dépit des efforts des secours. Un témoin raconte ainsi que "les pompiers ont eu du mal à le réanimer, ils m’ont dit que c’était très grave". Après avoir été transporté sans tarder à l’hôpital de la Cavale-Blanche (Brest), l'homme s'est éteint en raison des complications ayant découlé des piqûres.

Une invasion de la France en cours

Denis Jaffré, apiculteur finistérien, explique que "les frelons asiatiques sont particulièrement dangereux pour deux raisons. D’abord, ils attaquent en masse lorsqu’ils se sentent agressés. Ensuite, on peut croiser facilement leurs nids, notamment dans des haies." Et alors que l'on nous indique que le frelon asiatique est en pleine invasion de la France et qu'il est capable de causer "détresses respiratoires et chocs cardiovasculaires", rappelons la récente découverte du Jardin des plantes de Nantes concernant la Sarracenia. Il a en effet été observé que cette plante carnivore se délecte plus volontiers de frelons asiatiques que de toute autre espèce d'insecte. Pour s'en procurer, Romaric Perrocheau conseille de s'adresser à Jean-Jacques Labat, "le seul en France qui fait ça de manière sérieuse". On peut en obtenir pour une vingtaine d'euros l'unité.

Crédits photos : Barnaby Chambers / Shutterstock

Partager cet article

Pour en savoir plus