Bretagne : Douze interpellations dans un garage abritant de la drogue

Par , publié le | modifié le
France Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)
Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)

Douze personnes ont été interpellées en Bretagne. Leur garage servait de repaire pour le trafic de drogue.

C’est un garage plutôt différent qu’ont découvert les gendarmes de Fougères (Ille-et-Vilaine). Généralement utilisé pour stocker des voitures, ce garage était principalement utilisé comme repaire pour des trafics de drogue.

A l’intérieur, c’est un véritable marché que les gendarmes ont pu découvrir avec de la cocaïne, de l’héroïne, et de l’herbe de cannabis. Les enquêteurs pensent que ce garage à lui seul, servait à alimenter plusieurs villes de Bretagne, (Lorient, Saint-Malo, Fougères), mais aussi de Normandie (Saint-Lô). Existant depuis de nombreuses années, ce garage aurait amassé plusieurs millions d’euros au total. « Au cours de l'année 2015, la section de  recherches de Rennes, qui mène diverses investigations sur des trafics de stupéfiants détectés en Bretagne, a constaté que certains de ces trafics étaient en lien avec un garage automobile à proximité de Fougères » explique une source policière.

Douze personnes interpellées

Au cours de leur inspection, les gendarmes de la Section de recherches de Rennes ont pu interpeller douze personnes mercredi 17 juin. Une opération qui a tout de même mobilisé 66 militaires issus de quatre départements de la Bretagne, dont une section du GIGN, en charge des arrestations.Parmi les personnes interpellées, une personne déjà connue des services de police était réputé armé et dangereux.

Lors des perquisitions, les enquêteurs ont également mis la main sur de l’argent en liquide, des armes, des comptes bancaires et une dizaine de véhicules.

Blanchiment d’argent dans les courses de chevaux

Selon la gendarmerie qui enquêtait depuis de nombreux mois sur cette affaire, les personnes interpellées exerçaient «diverses opérations de blanchiment d'argent, notamment via des transactions sur des chevaux de course». Rapidement, les enquêteurs ont collecté des éléments qui « confirment les très lourds soupçons qui se portent sur ce garage automobile, utilisé par les organisateurs pour masquer leur trafic ».

Crédits photos : hadescom/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus