Bretagne : Une commune enchaîne les buzz pour trouver son médecin généraliste

Par , publié le
France La commune de Plonevec-Porzay cherche un généraliste
La commune de Plonevec-Porzay cherche un généraliste

530 habitants de Plonévez-Porzay, dans le Finistère, se sont réunis sur une plage afin de trouver un médecin généraliste pour leur projet de maison de santé. La commune multiplie les initiatives dans ce sens.

« Plonévez-Porzay cherche médecins ». C’est la bouteille à la mer lancée par les habitants de cette commune du Finistère qui se sont rassemblés sur la plage de Sainte-Anne-la-Palud (Finistère) pour faire parler de leur combat.

Répondant à l’appel de leur maire et de l’Association des professionnels de santé de Porzay, 530 habitants de la commune ont effectué une chaîne humaine rappelant la forme d’un caducée pour trouver le médecin généraliste qui viendra pallier le départ à la retraite de celui qui s’occupe actuellement des 1800 habitants de la commune.

Une vidéo et un rassemblement

Ce flash mob est la deuxième opération de communication de l’Association des professionnels de santé pour trouver le futur généraliste de la commune. Il y a quelques semaines, les 12 praticiens membres de l’association ont publié une vidéo reprenant les codes des bandes-annonces de la saga « Mission Impossible ».

Cette fois, ce sont les habitants de la commune qui ont été mis à contribution. Des patients de tous âges, dont certains sont venus en fauteuil roulant, se sont rassemblés pour participer à ce flash mob immortalisé par un photographe en paramoteur et repris par France 3 Bretagne.

Une maison de santé en projet

L’enjeu est de taille pour Plonévez-Porzay, car pour ne pas devenir un désert médical, la commune a lancé le projet d’une maison de santé qui devrait accueillir sept infirmières, deux kinésithérapeutes et un podologue. Il faudra surtout deux médecins généralistes pour que le projet voie le jour.

L’un de ces deux médecins est déjà connu et devrait s’installer en novembre 2017 grâce au contrat d’engagement de service public (CESP) qui l’engage à s’installer dans un désert médical. Le sort de la maison de santé est donc suspendu à l'arrivée d'un deuxième généraliste. Reste à savoir si ces opérations de communication parviendront à convaincre un candidat.

Crédits photos : Facebook Association des professionnels de santé du porzay

Partager cet article