Brésil : essai clinique pour une "pilule du cancer" qui fait débat

Par , publié le | modifié le
Santé Photo d'illustration. Un traitement médicamenteux.
Photo d'illustration. Un traitement médicamenteux.

10 patients font l'objet de l'essai clinique d'un traitement controversé contre le cancer. Alors même que les premiers essais sur des rongeurs s'étaient avérés peu concluants.

Le secrétariat de la Santé de l'État régional de São Paulo a annoncé avoir commencé l'essai clinique d'un traitement contre le cancer. Il concerne dix patients de l'Institut du cancer basé dans la ville.

Une pilule qui peut éradiquer les tumeurs ?

Ces personnes, auxquelles aucun autre traitement n'est appliqué se voient recevoir une pilule qui contient une substance phosphoéthanolamine de synthèse. Elle serait capable de venir en aide au système immunitaire pour cibles les cellules cancéreuses, et éliminer les tumeurs. A la fin de l'essai, et si les effets secondaires ne s'avèrent pas trop grands, un millier d'autres patients devraient être concernés par un essai de phase 2.

Ce traitement a été développé par Gilberto Orivaldo Chierice, chimiste et professeur de l'Université São Paulo. Il avait déjà, dans les années 1990, mis au point une méthode pour synthétiser la phosphoéthanolamine efficace pour lutter contre le le développement du cancer.

Un traitement sujet à caution

Seulement, les premiers tests menés sur des rongeurs n'ont pas été tout à fait concluants, et il se trouve que cette substance n'est pas autorisée. Et pourtant, le chimiste qui est aujourd'hui à la retraite a confessé à la télévision nationale avoir produit pas moins de 50.000 pilules face à la demande de la population. Une production arrêtée il y a deux ans devant l'insistance de la communauté scientifique qui mettait en doute les capacités du traitement.

L'Agence nationale de santé (Anvisa) et la Société brésilienne d'oncologie s'étaient opposées à sa distribution mais de nombreux patients avaient eu recours à la justice pour obtenir le traitement. Devant ce déferlement, la présidente Dilma Rousseff avait promulgué en avril dernier une loi autorisant l'utilisation de la substance, sa fabrication et sa distribution.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus