Brésil : 160 assassinats par jour dont une partie par la police en 2014

Par , publié le
International
"Marche pour la paix" dans une favela de Rio, Alemao, le 4 avril 2015, pour protester contre la mort d'un enfant de dix ans lors de la dispersion d'une manifestation par la police

Le nombre de meurtres ne cesse de croitre au brésil. Les chiffres publiés hier par une organisation non gouvernementale parlent d'une moyenne de 160 assassinats par jour en 2014.

Selon l'ONG Forum brésilien de sécurité publique, le Brésil a connu l'an passé une hausse de 4.8 % du nombre d'assassinats par rapport à l'année 2013, portant le nombre de meurtres à 58 559 soit une moyenne d'environ 160 homicides par jour. L'année 2013 avait elle aussi battu un record avec 55 000 assassinats. Ce rapport recense aussi bien les homicides volontaires qu'involontaires.

La police en cause dans une bonne partie des meurtres

Selon l'ONG Forum Brésilien, 5.2 % des homicides seraient le fait de la police brésilienne. Renato Sergio de Lima, son vice-président rappelle que : "la police brésilienne est probablement celle qui tue le plus au monde, c'est un chiffre inadmissible". Toujours selon l'ONG, 3 022 personnes auraient été tuées par les forces de l'ordre, soit une moyenne de 8 personnes mortes sous les balles de la police par jour. 398 agents de police auraient par ailleurs aussi trouvé la mort dans l'exercice de leurs fonctions.

Selon le rapport de Forum Brésilien, les grandes villes présenteraient une moyenne d'un meurtre presque toutes les demi-heures durant l'année 2014 alors que le pays accueillait la coupe du monde de football.

Un taux d'homicide endémique selon l'ONU

L'Organisation des Nations Unies estime qu'un taux d'homicide supérieur à 10 pour 100 000 habitants est endémique. Au Brésil, ce taux est en moyenne de 28,9 et grimpe même à 34,9 dans l'État de Rio qui accueillera l'année prochaine les Jeux Olympiques mais c'est l'État de Bahia dans le nord-est du pays qui détient le triste record avec une moyenne de 41,4 homicides pour 100 000 habitants. La violence est devenue un véritable fléau chez le géant sud-américain.

A noter que les meurtres d'indiens commis par les agents de sécurité de propriétaires terriens qui déforestent les territoires indigènes pour faire des plantations sont aussi particulièrement en hausse et expliquent une partie des assassinats. Les propriétaires de très grandes exploitations agricoles utilisent le manque de délimitation des territoires indigènes pour s'accaparer des terres traditionnellement utilisées par les indiens et les faire fuir en utilisant des mercenaires qui n'hésitent pas à tuer.

Crédits photos : © AFP Christophe Simon

Partager cet article

Pour en savoir plus