Des bombardiers russes interceptés dans l'espace aérien français

Par , publié le
France Des bombardier Tupolev 160 / TU 160
Des bombardier Tupolev 160 / TU 160

Deux bombardiers russes ont été interceptés dans l’espace aérien français. Des Rafales les ont pris en charge pour les escorter vers l’Espagne.

Que faisaient ces deux bombardiers russes dans l’espace aérien français ?

Le 22 septembre dernier, deux chasseurs bombardiers russes, modèle Tu160 Blackjack ont survolé Bretagne et le Pays basque alors qu’ils avaient auparavant été détectés par l’armée norvégienne.

Des rafales interceptent les bombardiers russes

L’affaire a été révélée par le site internet du ministère de la Défense. Le 22 septembre à 9 h 13, l’armée norvégienne détecte la présence des deux Tupolev, engins construits à la fin des années 1970 pour transporter l’arme nucléaire et capable de transporter jusqu’à 24 missiles de croisière, au nord du pays.

Les deux bombardiers sont alors interceptés par les forces aériennes norvégiennes avant d’être pris en charge au nord de l’Écosse par deux Typhoon britanniques. C’est ensuite, les appareils se sont dirigés vers les côtes bretonnes où ils ont été escortés par des Rafales. Dans un premier temps, deux Rafales les prendront en charge à une centaine de kilomètres du littoral breton avant que deux autres avions de la permanence opérationnelle de Mont-de-Marsan aient ensuite escorté les bombardiers russes jusqu’au large de l’Espagne qui a ensuite pris le relais.

« Ces interceptions et escortes ont été menées en étroite collaboration entre les deux centres d’opération de l’OTAN du nord et du sud et le centre national des opérations aériennes (CNOA) de Lyon-Mont Verdun », précise le Ministère de la Défense.

Des précédents

Ces survols de l’armée russe, vus comme une provocation par la communauté internationale, ont connu des précédents en France. Le 17 février dernier, deux Tupolev Tu160 avaient déjà été interceptés au large de la Manche par l’armée française.

Les pays baltes accusent également régulièrement la Russie de violer leur espace aérien et en survolant la mer Baltique transpondeur éteint, ce qui empêche les radars de les identifier.

Crédits photos : Archive Armée de l'air

Partager cet article

Pour en savoir plus