Bolivie : Six morts dans le saccage d’une mairie

Par , publié le | modifié le
International
Le saccage de la mairie d'El Alto a fait six morts.

Une manifestation a dégénéré en saccage dans la mairie d'El Alto. Six personnes seraient mortes intoxiquées.

« Ce matin, les mères de famille manifestaient normalement, et soudain des jeunes sont apparus avec de l’essence. Et tout d’un coup, ils sont entrés à l’intérieur et ils ont commencé à répandre l’essence, et le feu s’est allumé ». Sofia ne comprend pas comment une manifestation pacifique a pu dégénérer aussi vite, faisant six morts, asphyxiés à l’intérieur d’une mairie, qui a été saccagée.

La manifestation portait initialement sur des parents d’élèves qui réclamaient de nouvelles infrastructures scolaires. Arrivé devant la mairie d’El Alto, le cortège a ensuite été dépassé par les évènements, où des jeunes ont commencé à saccager la mairie, tenue par le principal parti d’opposition.

"Ceux qui ont fait ça ce sont les gens d'Evo Morales"

Pour José Luis, interrogé par RFI, il ne fait guère de doutes que le parti d’Evo Morales est derrière ce saccage : « Ceux qui ont fait ça, ce sont les gens d’Evo Morales. Maintenant nous allons les punir en votant pour le 'non'. Pour que ce gouvernement s’en aille. » Même son de cloche pour Soledad Chapeton, maire d’El Alto qui estime que ce drame a été programmé pour détruire des preuves matérielles d’une affaire de corruption concernant le parti d’Evo Morales.

Le camp d'Evo Morales accuse l'opposition

De son côté, Marcelo Elio, vice-ministre de l’intérieur, affirme que ce saccage a été orchestré par l’opposition. Chacun accuse donc l’autre d’être responsable de cette tragédie, où six personnes sont mortes intoxiquées. Ce drame intervient quelques jours avant le référendum de dimanche pour autoriser Evo Morales à briguer un quatrième mandat en 2019, lui permettant par la suite de gouverner le pays jusqu’en 2025.

Crédits photos : capture d'ecran youtube

Partager cet article