Boeing : un avion d'Air France laisse échapper une pièce de 60 kilos au décollage

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo illustration Boeing 777
Photo illustration Boeing 777

Lors de son décollage effectué lundi à Shanghai, un Boeing 777 a perdu une pièce lourde de 60 kilos et liée au train d'atterrissage. Un incident n'ayant cependant, selon le constructeur, occasionné aucun blessé ni empêché les passagers du vol d'arriver à destination.

Samedi, le constructeur aéronautique Boeing a communiqué sur un incident survenu en début de semaine, alors que le vol 111 d'Air France s'apprêtait à prendre son envol au départ de Shanghai. Lundi, le 777 en question a ainsi perdu une pièce liée à son train d'atterrissage, une plate de métal pesant pas moins de 60 kilos.

Chris Villiers, porte-parole de Boeing, a précisé que si cette plaque métallique ne constitue pas à proprement parler une pièce du mécanisme du train d'atterrissage, elle est toutefois l'une des parties permettant à ce dernier de rentrer ou de sortir.

Air France : un avion perd une pièce liée au train d'atterrissage

Dans des propos rapportés par nos confrères d'Ouest-France, il a ajouté :  "Nous coopérons vraiment étroitement avec nos clients et avons fourni des directives sur la façon de faire l'entretien nécessaire." Et quand bien même Boeing assure que l'incident n'a fait aucun blessé, le détail apporté par le Sunday Morning Post de Hong-Kong laissait présager d'un bilan quelque peu moins indolore.

La sécurité du vol pas affectée par l'incident

D'après le journal, cette fameuse pièce aurait chuté de 3 700 mètres pour finalement rejoindre la terre ferre après avoir transpercé le toit d'une usine. De son côté, le 777 délesté de cette pièce a pu rejoindre sa destination initiale, soit Paris, sans difficultés majeures. M. Villiers a semble-t-il tenu à préciser que le souci observé au niveau des fixations, celles permettant le maintien de la plaque, "n'affecte pas l'intégrité du train d'atterrissage ni la sécurité du vol". Boeing a néanmoins pris le soin d'avertir les compagnies aériennes, via un bulletin de service, sur les mesures adéquates à prendre. Le constructeur a également fait savoir qu'il avait opéré des changements, supposément au niveau de ces fixations, sur les appareils issus de ses usines.

Crédits photos : Arpingstone - Domaine public

Partager cet article

Pour en savoir plus