Bobigny : 3 policiers blessés dont un grave après un contrôle d'identité

Par , publié le
Faits Divers
Illustration. Un véhicule de la police nationale.

Vendredi soir à Bobigny, trois policiers ont été roués de coups alors qu'ils procédait à un contrôle d'identité. Une policière a été gravement touchée à l'œil.

La scène a été observée vendredi soir dans un immeuble de la commune de Bobigny (Seine-Saint-Denis). Trois policiers ont été roués de coups alors qu'ils procédaient à un contrôle d'identité. L'une des fonctionnaires présentes a été gravement touchée au niveau de l'œil.

Il est aux alentours de 20h00. Selon une source proche du dossier citée par 20minutes.fr, les policiers "contrôlaient des jeunes qui semblaient consommer des stupéfiants dans un hall d'immeuble quand ils ont été roués de coups".

Policiers blessés à Bobigny : une victime touchée à l'œil

Des violences qui n'auront visiblement pas été légères puisque une policière a été gravement blessée à l'œil. Elle a reçu dix jours d'incapacité totale de travail (ITT) et des examens complémentaires sont attendus pour vérifier si la victime n'a pas été plus profondément impactée sur le plan oculaire.

Ses deux autres collègues se sont quant à eux vu prescrire 15 et 10 jours d'ITT pour, respectivement, des blessures à la jambe et au visage. Il apparaît que ces deux policiers ont été atteints plus superficiellement. Tous ont été admis à l’hôpital Avicenne.

Dix jeunes suspects interpellés

Au terme de cette apparente agression et par l'arrivée, notamment, de trois véhicules de la Brigade anti-criminalité (BAC), c'est un total de dix jeunes individus qui ont été interpellés. Âgés de 16 à 21 ans, ces suspects ont ensuite placés en garde à vue. Le parquet a fait savoir que samedi soir, ces gardes à vue ont été prolongées de 24 heures, alors que ces personnes étaient censés être auditionnées dans le courant de cette même journée.

Des incidents qui interviennent alors que la question de la légalisation et de la dépénalisation de la cannabis fait désormais partie des débats entourant la primaire de la gauche. Les candidats Benoît Hamon et Sylvia Pinel ont déjà fait entendre leur position favorable sur le sujet.

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus