Blois : Un permis de séjour étudiant pour la bachelière russe menacée d'expulsion

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Un étudiant scrute les résultats du baccalauréat 2015, le 7 juillet à Paris
Un étudiant scrute les résultats du baccalauréat 2015, le 7 juillet à Paris

Alors qu'elle a obtenu la mention très bien au Bac, une jeune étudiante originaire du Daguestan avait reçu une menace d'expulsion. Elle vient de se voir accorder un permis de séjour étudiant.

Comment passer par toutes les émotions en quelques jours seulement ? Zarema Abieieva, une jeune lycéenne originaire du Daguestan scolarisée dans un lycée de la ville de Blois (Loire-et-Cher) le sait mieux qui quiconque.

Après avoir eu la joie de décrocher son Bac avec la mention "très bien", ce fût la douche froide pour la lauréate de 20 ans qui recevait une menace d’expulsion du territoire français. Grâce au combat de ses parents, la jeune femme vient de se voir remettre un permis de séjour étudiant.

Mention « très bien » au bac 2016

Zaremba et ses parents sont arrivés en France en 2012. La famille avait dû quitter la province du Daguestan et vit depuis dans des conditions assez précaires à Blois. En même temps que sa mention « très bien » au bac 2016 (et une note de 18/20 à l’épreuve de français), la jeune femme reçoit une injonction de quitter le territoire.

Un véritable coup dur pour la famille qui va tout faire pour rester en France, faute de pouvoir retourner au Daguestan où sa sécurité est menacée.

Titre de séjour étudiant

Selon Europe 1, qui avait dévoilé l’histoire, la situation de la jeune fille a été étudiée par le ministère de l’Intérieur et Zaremba vient de se voir remettre un permis de séjour étudiant qui lui permettra de rester en France et poursuivre ses études en BTS.

Un soulagement pour la jeune fille qui ne souhaite désormais qu’une seule chose, que ses parents puissent eux aussi rester en France. Selon les informations recueillies par les journalistes d’Europe 1, leur dossier est entre les mains des autorités et devrait être étudié avec « bienveillance ».

Crédits photos : © AFP/Archives Martin Bureau

Partager cet article