Belgique : 15 ans de prison requis contre le recruteur de djihadistes

Par , publié le
International
Le palais de justice de Bruxelles ou se déroule le procès en appel des recruteurs de djihadistes.

Dans le procès en appel de celui qui est considéré comme le plus grand recruteur de djihadistes de Belgique, le procureur a requis une peine de 15 ans.

Condamné fin juillet en première instance à une peine d'emprisonnement de 12 ans, Khaled Zerkani, a été décrit par le procureur comme étant : "le plus grand recruteur de candidats au jihad qu'on ait jamais connu en Belgique" et celui-ci a demandé, lors du procès en appel, une peine plus ferme d'une quinzaine d'années de prison.

Recruteur de djihadistes à Bruxelles

Khaled Zerkani est accusé d'avoir recruté et envoyé en Syrie de nombreux jeunes pour faire le djihad. Il est par ailleurs accusé aussi d'avoir recruté deux auteurs des attentats de Paris en novembre dernier.

Selon Bernard Michel, le procureur fédéral en charge du dossier : "Monsieur Zerkani a perverti toute une jeunesse, particulièrement celle du quartier Maritime de Molenbeek-Saint-Jean (région de Bruxelles)" avant de poursuivre : "il est le plus grand recruteur de candidats au jihad qu'on ait connu en Belgique. Et il a également eu un rôle important au niveau international, dans l'aide logistique apportée aux candidats au jihad. Il apparaît d'ailleurs clairement, d'un SMS, qu'il avait des contacts avec des membres de l'Etat Islamique directement".

Le procureur ajoute enfin pour justifier l'exemplarité de la peine qu'il demande à l'encontre du prédicateur bruxellois : "Il était actif dans le recrutement, dans l'aide logistique et financière et, encore en prison, il a exhorté de nombreux détenus à s'engager dans la lutte djihadiste, notamment en criant des -Allah akbar- (Dieu est grand) lorsqu'il passait dans les couloirs proches des cellules".

D'autres condamnés notamment une femme

Dans ce procès, plusieurs autres personnes avaient été condamnées pour des faits similaires. Le procureur fédéral a par ailleurs, dans ce procès en appel, demandé une peine de "10 à 15 ans de prison" à l'encontre de Fatima Aberkane.

Selon Bernard Michel, Fatima Aberkane "prône un Islam radical et salafiste" et ajoute : "Madame Fatima Aberkane a elle aussi contaminé tout son entourage familial, en priorité ses sept enfants. Même après avoir été interpellée, elle a continué à faire l'apologie du djihad sur Facebook. Encore aujourd'hui, elle apporte des bouquins sur le djihad à son fils Soufiane Alilou en prison".

Partager cet article

Pour en savoir plus