BeIN Sports volée de 2,4 millions d'euros en 2013

Par , publié le
Économie
Le logo des chaînes qatariennes BeIN Sports.

Le groupe de chaînes sportives BeIN Sports a été escroquée de 2,4 millions d'euros en 2013. Elle vient d'obtenir gain de cause devant la justice.

BFM Business a révélé mercredi que la chaîne sportive qatarie BeIN Sports a été victime d'une escroquerie aux virements internationaux. Devant la justice, le groupe vient d'obtenir gain de cause. Retour sur une affaire et une révélation dont elle se serait sans doute volontiers passée.

L'escroquerie dont BeIN Sports fut victime

BFM TV relate ainsi les faits qui se sont produits en février 2013. Le comptable du groupe est destinataire d'un courrier électronique émanant d'une société qui est inconnue de ses services. Son contenu évoque une facture en souffrance pointée par un lien dirigeant sur une page web. Seulement, cette dernière est frauduleuse, et la porte du réseau informatique de BeIN Sports est ainsi ouverte à un virus de type malware.
En conséquence, à l'autre bout de la ligne si l'on puit dire, l'escroc a alors les mains libres pour récupérer les données utiles à ses basses oeuvres : coordonnées bancaires, signatures de cadres dirigeants, numéros de téléphones...

C'est alors qu'intervient HSBC, l'une des banques de la chaîne qatarienne. Elle reçoit 6 ordres de virement, et BFM raconte la suite : "Parallèlement, il appelle la banque, et tombe sur une employée chargée des grands comptes. Il prétend qu'il doit passer des virements par fax, en raison d'une panne informatique. Surtout, il lui met la pression pour que les virements soient effectués d'urgence". Et lorsque l'employée appelle au téléphone BeIN Sports pour s'assurer de la véracité des demandes de virement, l'escroc a déjà piraté ladite ligne téléphonique. Ce sont donc 2,4 millions d'euros qui partent en toute sérénité en direction de comptes basés à Chypre et en Roumanie. Ce n'est qu'une semaine après le début de l'escroquerie que BeIN Sports se rendra compte de la supercherie, en recevant le courrier de confirmation des virements effectués par l'employée de HSBC. Elle ne récupèrera que près de 900.000 euros du virement.

Au tribunal, HSBC et BeIN Sports se renvoient la faute

Avant que le pot aux roses ne soit découvert, le fraudeur a de nouveau tenté une autre manoeuvre, de 7,7 millions d'euros cette fois, mais la tentative avorte quand le directeur financier nie l'existence d'un tel ordre. Ou cette autre, avec la Qatar National Bank, qui échouera aussi.

Quoi qu'il en soit, BeIN Sports se retourne contre sa banque devant la justice. La première argue que sa banque n'a pas fait preuve de précautions : "Chypre et la Roumanie sont des destinations courantes dans ce type d'infraction". De l'autre côté, HSBC pense que la chaîne a fait acte "négligence grave". Et c'ets le Tribunal de commerce qui tranchera finalement le 9 mars dernier : "HSBC a donc gravement manqué à ses obligations de surveillance, contrôle et vigilance. Ces manquements ont rendu possible la réalisation du dommage subi par BeIN Sports". Pour faire court, la justice pointe le fait que personne à BeIN n'ait averti la banque après la tentative avortée auprès de la Qatar National Bank. Mais d'un autre côté, elle souligne que ce manque de sécurité "est bien moins critiquable que celui de l'employée de HSBC". L'intégralité du jugement est partagée par BFM Business.

Partager cet article

Pour en savoir plus