Bas-Rhin : il tue son locataire, cache son cadavre dans un fût et prend son identité

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Photo d'illustration. Le gyrophare d'une moto de gendarmerie.
Photo d'illustration. Le gyrophare d'une moto de gendarmerie.

Un homme a été mis en examen et écroué jeudi, soupçonné qu'il est d'avoir tué son locataire, d'avoir dissimulé son cadavre dans un fût et pris son identité pendant plus de 3 ans.

Jeudi, un homme d'une cinquantaine d'années a été mis en examen pour "meurtre", "escroquerie" et "séquestration avec actes de torture et de barbarie", et écroué à Strasbourg. Il est soupçonné d'avoir tué son locataire, avant de dissimuler son cadavre dans un fût entreposé dans la dépendance de la maison occupée. Mais aussi, d'avoir usurpé l'identité de la victime pendant près de 4 ans.

Bas-Rhin : Denis Garni avait disparu en 2012

Si la victime, née en 1981, avait disparu dans le courant de l'année 2012, des liens rompus avec sa famille n'avaient donné lieu au signalement qu'en 2015. Laurent Guy, procureur adjoint à Strasbourg, précisait jeudi : "Les gendarmes ont alerté le parquet de Saverne, qui a ouvert une enquête puis une information judiciaire pour disparition inquiétante".

L'enquête s'était alors orientée vers le propriétaire, qui louait la maison de Dettwiller (Bas-Rhin) dans la cabane de jardin de laquelle le cadavre de Denis Garni a été retrouvé mardi. Eugène Satori, le meurtrier présumé, a reconnu avoir "porté des coups" qui se sont avérés mortels à l'endroit de Denis Garni. Concernant le chef d'accusation de "séquestration avec actes de torture et de barbarie", il conviendra d'attendre les résultats de l'autopsie.

Une facilité déconcertante à changer d'identité

"Le suspect a reconnu l’usurpation d’identité. Sous son identité de Satori, il était en invalidité et touchait une pension. Et sous le nom de Garni, il travaillait sur des chantiers", a indiqué le Colonel Charvet qui dirige la section de recherches de la gendarmerie nationale à Strasbourg.

C'est en garde à vue que le suspect à lâché prise et avoué les coups mortels, nés d'une dispute avec Denis Garni. L'officier de gendarmerie précise cependant que Satori "a donné plusieurs versions sur l’origine de la dispute et sur son déroulement". Il dépeint également un personnage "froid, violent et manipulateur" au "caractère inquiétant".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus