Bangladesh : une attaque revendiquée par l'EI fait un mort et 80 blessés

Par , publié le
International Un casque bleu à l'endroit où une attaque a été commise le 20 mai 2015 à Bamako par un homme armé contre un véhicule de l'Onu
Un casque bleu à l'endroit où une attaque a été commise le 20 mai 2015 à Bamako par un homme armé contre un véhicule de l'Onu

Samedi au Bangladesh, une personne a trouvé la mort et quelque 80 personnes ont été blessées dans un attentat revendiqué par l'État islamique.

L'attaque de samedi a ciblé le principal lieu de culte chiite de Dacca (Bangladesh), où se trouvaient alors environ 20.000 personnes rassemblées à l'occasion de la fête de l'Achoura, une célébration commémorant le martyre de l'imam Hussein. Cet attentat à la bombe revendiqué par l'État islamique (EI) a causé la mort d'un jeune garçon de 14 ans et quelque 80 personnes ont été blessées dans les explosions.

Il était aux alentours de 2h00, heure locale, lorsque trois petites bombes ont été lancées à l'extérieur du bâtiment Hossaini Dalan, comme l'a déclaré le commissaire adjoint de la police de Dacca Mofiz Uddin Ahmed : "Il y avait près de 20.000 personnes à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment à cette heure-là [...] quand les trois [bombes] ont explosé à l'extérieur d'Hossaini Dalan."

Attentat au Bangladesh revendiqué par l'EI : aucune preuve retrouvée par la police

Mais bien que, d'après l'organisation américaine SITE Intelligence Group, l'EI se soit attribué cet attentat à la bombe sur son compte Twitter, les autorités ont cependant fait savoir n'avoir trouvé aucun élément sur les lieux de l'attentat permettant d'affirmer une possible implication de l'organisation terroriste, ni même d'"un quelconque groupe militant".

Une troisième attaque terroriste en un mois ?

Cette attaque survient plusieurs semaines après qu'un travailleur humanitaire Italien et un sexagénaire japonais aient été abattus dans des meurtres également revendiqués par l'EI. Et si le gouvernement du Bangladesh avait alors déclaré prendre ces assassinats "très au sérieux", les autorités s'étaient toutefois montrées relativement peu convaincues par l'implication affirmée de Daesh, avançant ainsi que le groupe terroriste n'était pas installé au Bangladesh, pays à majorité sunnite riche de 160 millions d'habitants. Le site Luxemburger Wort souligne que l'attentat de samedi représente le premier à prendre pour cible la communauté réduite chiite du Bangladesh. Bien que sur ces deux dernières années, des musulmans soufis soient tombés suite à des attaques de groupes islamistes et que des hindous et des chrétiens aient été attaqués par les mêmes responsables.

Crédits photos : © AFP/Archives HABIBOU KOUYATE

Partager cet article

Pour en savoir plus