AVC : travailler plus pour risquer plus ?

Par , publié le
Santé
On recense 150 000 cas d'AVC chaque année

Une étude menée au niveau international révèle que les personnes travaillant plus de 55 heures par semaine augmentent ainsi de 33% leur risque d'être victimes d'un AVC.

Jeudi, la revue The Lancer a publié les résultats d'une étude menée sur le plan international et concernant les risques découlant d'une cadence de travail relativement excessive. Des chercheurs ont ainsi pu déterminer que travailler plus de 55 heures par semaine augmente sensiblement un risque d'AVC.

Pour ce faire, ils ont réuni des données provenant d'une vingtaines d'études, ces dernières ayant ciblé plus de 600.000 personnes vivant aux États-Unis, en Europe et en Australie. Des individus, nous précise Pourquoi Docteur ?, qui avaient été suivis huit années durant.

Risque d'AVC : accrus pour plus de 55 heures de travail par semaine

Cette analyse conséquente a amené ces scientifiques à faire une découverte notable : celle que les personnes (hommes comme femmes) travaillant plus de 55 heures par semaine présentent un risque 13% plus important de contracter une maladie coronarienne, comparés aux travailleurs officiant entre 35 et 40 heures par semaine. Une autre étude portant sur 17 enquêtes, lesquelles concernaient quant à elles près de 530.000 individus suivis pendant sept ans, a pour sa part abouti à la conclusion que les "gros" travailleurs ont 33% plus de risques d'être victimes d'un AVC.

Pas de résultats différents quels que soient les factures de risque

Les responsables de cette vaste étude ont précisé qu'aucun participant à ces études ne souffrait de pathologie cardiaque préalablement à l'expérience; que la prise en compte de plusieurs facteurs de risque tels le tabagisme, le manque d'exercice ou encore l'hypertension n'a pas mis en lumière des résultats différents. Et enfin que le risque d'AVC apparaîtrait proportionnel au temps de travail hebdomadaire effectué. Mika Kivimäki, professeur d’épidémiologie à l'University College London et auteur de l'étude, indique que "la mise en commun de toutes les études disponibles nous ont permis d’explorer le lien entre la durée du travail et les risques pathologies cardiovasculaires avec plus de précision qu’auparavant. Les professionnels de santé doivent être conscients que travailler de longues heures est associé à une augmentation du risque d’AVC et peut-être aussi de maladie coronarienne."

Crédits photos : La marne

Partager cet article