Australie : violente insurrection dans un centre de rétention

Par , publié le
International Centre d'enregistrement de migrants
Centre d'enregistrement de migrants

Dans la nuit de dimanche à lundi, une violente émeute a éclaté dans un centre de rétention de migrants australien basé sur l'île Christmas.

Les faits se sont produits dans la nuit du dimanche 8 au lundi 9 novembre sur l'île Christmas, en Australie. Une violente émeute a éclaté au sein d'un centre de rétention de migrants, avec comme apparent point de départ un mouvement de colère de six prisonniers iraniens consécutivement à la mort de l'un d'entre eux dans une tentative d'évasion.

Ce lundi matin (ce qui correspond à lundi après-midi en Australie), les gardiens de ce centre ne l'avaient toujours pas regagné. Plusieurs sections de l'établissement ont en effet été incendiées et des barrières et des murs ont également été démolis dans le cadre de cette insurrection.

Émeute dans un centre de rétention de migrants australiens : un lieu "invivable" pour des détenus

D'après The Guardian Australia, on pouvait observer "une tension sous-jacente" entre plusieurs membres du personnel de Serco, l'entreprise gérant les centres de rétention pour migrants en Australie, et des détenus. Et ce en raison des traitements violents qu'une frange de ces derniers avaient subis. Des prisonniers ont d'ailleurs indiqué que le centre est devenu "invivable".

L'entreprise Serco ciblée par la Commission australienne des droits de l'Homme

Ces détenus vivent désormais dans la crainte du sévère retour de bâton que pourrait leur administrer l'unité d'urgence de Serco. En 2014, le Guardian nous informait que “l’entreprise Serco gère depuis 2009 12 centre de détention de migrants, répartis sur le territoire australien, et emploie 2.000 personnes”. Il est à noter que l'entreprise fait l'objet de lourdes critiques visant principalement la gestion de ce centre de l'île Christmas. D'après la Commission australienne des droits de l’Homme, les lieux témoignent de conditions d'hygiène déplorables et il a de même été fait état de nombreux cas d'automutilation. Ces derniers se sont au passage multipliés à partir du moment où le gouvernement australien a pris la décision, il y a de cela un peu plus d'un an, d'établir les demandes d'asile au large du pays.

Crédits photos : Bruce Stanfield / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus