Australie : Un femme tuée par un Français qui aurait crié «Allah Akbar»

Par , publié le
International Les forces de police en Australie (photo d'illustration)
Les forces de police en Australie (photo d'illustration)

Un Français de 29 ans est soupçonné d’avoir poignardé à mort une Britannique dans une auberge de jeunesse en Australie. L’homme aurait crié « Allahou Akbar » au moment de son arrestation.

L’information a été rapportée par le journal britannique The Guardian. Dans la nuit de mardi à mercredi 24 août, un ressortissant français a poignardé à mort une jeune femme de 21 ans dans une auberge de jeunesse.

Au moment de son interpellation par les forces de l’ordre, le meurtrier aurait crié « Allah Akbar ».

Un meurtre devant témoin

Selon les autorités locales qui parlent d’une scène « terrible », l’homme aurait poignardé sa victime devant une trentaine de témoins. Le tueur aurait également gravement blessé un Anglais d’une trentaine d’années qui se trouverait dans un état critique, ainsi qu’un Australien de 47 ans, blessé lui plus légèrement.

Alors qu’une enquête est encore en cours, notamment pour déterminer les motivations exactes du meurtrier. Les enquêteurs se refusent pour le moment à évoquer la piste du terrorisme islamiste. La santé mentale de l’individu est en cours d’examen par les experts de la police qui tient à rassurer les australiens en précisant que l’homme aurait agi seul et qu’il n’y a pas de menace sur la population.

Visa temporaire

Le directeur adjoint de la police du Queensland Steve Gollschewski a précisé au Guardian qui l’homme est arrivé en Australie en mars dernier. Un visa temporaire lui a été décerné et il serait jusqu’à maintenant inconnu des services de police. Il est actuellement gardé dans un hôpital de la ville de Townsville, car il a été blessé pendant les faits.

« Les premiers éléments de l’enquête montrent que des propos qui peuvent être interprétés comme extrémistes ont été tenus par le suspect, a indiqué le directeur adjoint de la police de du Queensland. “Cette information sera versée à l’enquête, mais nous n’écartons aucune piste à ce stade, qu’elle soit politique ou criminelle. » 

Crédits photos : M. W. Hunt / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus