Australie : un enfant retrouvé enfermé dans une pièce de deux mètres carrés

Par , publié le
Faits Divers
Les forces de police en Australie (photo d'illustration)

Les autorités australiennes ont découvert qu'un petit garçon vivait, depuis apparemment trois semaines, dans un local de deux mètres carrés.

Ces enquêteurs amenés à intervenir dans une propriété isolée à Elands (nord de Sydney, Australie), et ce dans le cadre d'une affaire de culture de cannabis présumée, ne s'attendaient probablement pas à pareille découverte. Ils se sont en effet rendu compte qu'un petit garçon de 8 ans vivait enfermé dans un local de deux mètres carrés situé au fond d'un abri.

Nos confrères du Parisien rapportent qu'excepté l'enfant, la pièce ne comportait qu'un matelas et un seau dans lequel le garçonnet était censé faire ses besoins. Celui-ci aurait déclaré à la police avoir été enfermé dans cette pièce depuis trois semaines, en dépit des fortes températures.

Enfant enfermé dans deux mètres carrés en Australie : il y vivait depuis trois semaines

On apprend de même qu'il était mal nourri et que ses seules sorties se résumaient à contribuer aux tâches ménagères. Le commissaire Peter McKenna a indiqué qu'il s'agit là d'"une affaire choquante" à ses yeux, en ajoutant que "cet aspect-là de l'enquête est pris en charge par nos équipes chargées de la maltraitance à enfants. Nous sommes très heureux d'être intervenus et que ces enfants soient maintenant entre de bonnes mains."

Trois personnes inculpées pour culture de stupéfiants et séquestration illégale

Il convient en effet d'ajouter qu'outre le garçonnet de 8 ans, trois autres enfants ont été découverts sur les lieux. Les voisins de la famille ont d'ailleurs fait savoir que s'ils voyant chaque jour trois garçons de la famille se rendre à l'école au bus, ce n'était pas le cas de leur frère. Et après que les autorités aient également observé sur place une installation "sophistiquée" de culture de cannabis, trois personnes, deux hommes et une femme, ont été inculpées pour des faits se rapportant à cette culture de même que pour séquestration illégale.

Crédits photos : M. W. Hunt / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus