Attentats : la fréquentation en chute libre au Printemps et aux Galeries Lafayette de Paris

Par , publié le | modifié le
France
Rayon de magasin de vêtements. Photo d'illustration.

Les Galeries Lafayette et Le Printemps ont subi une importante baisse de fréquentation à la suite des attentats du 13 novembre.

Alors que le gouvernement vient d’adopter la prolongation de l’état d’urgence pour trois mois (551 voix "pour" et 6 "contre" et 1 abstention), les grands magasins craignent que les clients ne se déplacent plus à l’approche des fêtes de Noël.

Les premiers effets des attentats de Paris du 13 novembre se sont déjà fait ressentir dans les grands magasins de Paris.

30 à 50 % de fréquentation en moins depuis les attentats

Du côté du magasin Le Printemps du boulevard Haussman, le directeur a indiqué une baisse de fréquentation de 30 % à la suite depuis le 13 novembre. Du côté des Galeries Lafayette, une porte-parole du groupe a indiqué à l’AFP une baisse de 50 % de la fréquentation du centre sur la même période.

Une baisse drastique de la fréquentation des ces symboles de la consommation en France qui a valu le déplacement d’une délégation composée de comprenant la Secrétaire d’État chargée du commerce, Martine Pinville, le préfet de police de Paris, Michel Cadot l’adjointe à la Maire de Paris, Olivia Polski, en charge elle aussi du commerce et de l’Artisanat pour rassurer les commerçants, mais aussi les clients.

Ne pas avoir peur de se rende dans les grands magasins

« Nous avons à dire à chacun de nos concitoyens qu’ils peuvent se déplacer, aller travailler, ils peuvent consommer, et vivre normalement. C’est le message que nous souhaitons délivrer : la vie continue », a déclaré la secrétaire d’État à la Consommation lors de sa visite de ces deux magasins avec le préfet de Police, Michel Cadot.

Pour assurer la sécurité des clients, 1500 miliaires supplémentaires seront déployées aux endroits stratégiques de la région parisienne. Pour toute la période des fêtes, le dispositif de sécurité sera globalement renforcé, les policiers pourront par exemple porter leur arme alors qu'ils ne sont pas en service.

Crédits photos : Pavel L Photo and Video/shutterstock.com

Partager cet article