Attentats de Paris : Younes Abaaoud, 14 ans, veut venger son grand frère terroriste

Par , publié le
International
La photo posté sur Facebook de celui qui pourrait être le petit frère d'Abdelhamid Abaaoud, Younes.

Younes Abaaoud, petit frère Abdelhamid Abaaoud qui a participé aux attaques du 13 novembre et a été tué lors de l'assaut du RAID a Saint-Denis, aurait posté un message sur Facebook pour appeler à venger la mort de son grand frère.

Après une longue traque, Abdelhamid Abaaoud, qui a participé à la planification et aux attentats du 13 novembre 2015, a été tué lors de l’assaut donné dans l’appartement de Saint-Denis occupé par les djihadistes.

Le nom d’Abaaoud n’est pas seulement relié à Daesh par celui qui était considéré comme l’un des membres influant de l’organisation terroriste, mais également, car le petit frère d’Abdelhamid, Younes, se trouve lui aussi en Syrie pour le Jihad après que son grand frère l’ait arraché de Molembeek en 2014. L’adolescent de 15 ans environ serait apparu sur Facebook pour annoncer que la mort de son grand frère ne resterait pas impunie.

Le petit frère Abdelhamid Abaaoud appelle à la vengeance

C’est le journal belge « Het Laatste Nieuws » qui révèle l’information. Une photo de Younes Abaaoud, connu pour son surnom de « plus jeune djihadiste étranger » aurait en effet été postée sur Facebook avec un appel à la vengeance.

Younes Abaaoud serait réapparu sur Facebook

Younes Abaaoud serait réapparu sur Facebook

Le message sous la photo est clair, « Abu Omar al-Soussi (nom islamiste d’Abdelhamid Abaaoud) est mort en martyr, mais son frère est toujours en vie. Nous sommes en route vers vous, adorateurs de la croix »

Emmené de force en Syrie

Younes Abaaoud, qui répondrait désormais au nom d’Abu-Mansour, a rejoint les rangs de l’État islamique au début de l’année 2014. Il a été emmené de force par son frère après que ce dernier soit revenu de Syrie pour venir le chercher à Molenbeek au début de l’année 2014.

Le père de Younes et Abdelhamid avait tenté de prendre des nouvelles du plus jeune de ses deux fils en Syrie après l’assaut du RAID à Saint-Denis pour savoir si ce dernier était toujours en vie. Ce message Facebook pourrait l’en informer d’une façon qui fait froid dans le dos.

Crédits photos : Capture Facebook

Partager cet article