Attentat de Charlie Hebdo : "il ne fallait pas faire ces dessins"

Par , publié le | modifié le
People Geneviève de Fontenay dans "Faut pas rater ça"
Geneviève de Fontenay dans "Faut pas rater ça"

La présidente d'honneur du comité Miss Prestige National Geneviève de Fontenay s'est récemment exprimée au sujet de l'attentat de Charlie Hebdo. En déclarant que les dessinateurs du journal ont "cherché" et "provoqué" en caricaturant le prophète Mahomet.

Plus de six mois après les manifestations du 11 janvier, dont le but apparent était une communion entre les Français après les attentats survenus quelques jours auparavant et, entre autres, dans les locaux de Charlie Hebdo, Geneviève de Fontenay n'a pas, ou plus, l'esprit de ce jour.

La présidente d'honneur du comité Miss Prestige National était récemment interviewée par BFMTV, et c'est sur la base de la question "Est-ce que c'était mieux avant ?" que Mme de Fontenay en est arrivée à aborder le sujet des caricatures de Mahomet.

Geneviève de Fontenay sur Charlie Hebdo : "on a provoqué"

Lorsque on lui demande si elle a l'esprit du 11 janvier, l'ex-présidente du Comité Miss France répond : "Pas du tout. Ils avaient prévenu, les caricaturistes de Charlie étaient menacés de mort déjà depuis longtemps." Et si elle semble avoir approuvé la nécessité d'un rassemblement après ces tragiques évènements, Geneviève de Fontenay déplore cependant un certain entêtement de la rédaction de Charlie Hebdo.

François Hollande : "il est dans une bulle, n'entend rien, ne voit rien"

"[...] on a cherché, on a provoqué. Il ne fallait pas faire ces dessins. On a dit que c’était la liberté d’expression mais non, quand la liberté d’expression menace à tel point que ça génère des attentats, on s’abstient de faire des provocations." Avant cela, elle avait indiqué regretter la société d'hier, et à demi-mot son soutien à François Hollande : "Oui, j’ai voté pour lui mais je ne revoterai pas pour lui. Il a déçu, il est comme une limace. Il est dans une bulle, n’entend rien, ne voit rien. Il est complètement à côté de la plaque." Et quand on lui pose la question de savoir à qui irait son vote aujourd'hui : "Je n’en sais rien à l’heure actuelle. Je pense qu’il faut une VIème République avec une assemblée constituante avec la société civile représentée parce que l’ENA, y’en a marre." Geneviève de Fontenay a en tout cas fait savoir que si tout était à refaire dans sa vie, elle s'emploierait à ne rien changer.

 

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article