Attentat à Orlando : le tireur a tiré 200 balles pour tuer 49 personnes

Par , publié le
Société Photo non datée reçue par l'AFP le 12 juin 2016 montrant une photo de la page MYSPACE.COM d'Omar Mateen, un Américain d'origine afghane de 29 ans identifié comme le tireur de la fusillade d'Orlando (Floride)
Photo non datée reçue par l'AFP le 12 juin 2016 montrant une photo de la page MYSPACE.COM d'Omar Mateen, un Américain d'origine afghane de 29 ans identifié comme le tireur de la fusillade d'Orlando (Floride)

Omar Mateen, l'auteur du massacre perpétré en juin dans un club gay d'Orlando, en Floride, a tiré quelque 200 balles pour tuer 49 personnes selon un rapport de l'institut médico-légal.

Le 12 juin vers 2 heures du matin, Omar Mateen, un citoyen américain d’origine afghane qui avait prêté allégeance à l’Etat islamique, se rend au célèbre club gay Pusle armé d’un fusil d’assaut et d’un revolver.

Arrivé sur les lieux, il ouvre le feu sur les personnes rassemblées pour faire la fête, il tuera 49 personnes et fera 53 blessés avant d’être abattu par forces de l’ordre 3 heures plus tard. L’institut médico-légal vient de rendre un rapport sur la tuerie qui indique que le terroriste a tiré 200 coups de feu pour faire 49 victimes selon le quotidien local Orlando Sentinel.

Un fusil d’assaut meurtrier

Selon le quotidien, le rapport de l’Institut médico-légal précise que ces 200 balles qui ont tué 49 personnes personne ne comptabilise pas celles qui ont fait 53 blessés. Un rapport final communiqué dans la journée devrait donner plus de détails sur l’attaque, et notamment des rapports d’autopsie détaillés.

Pour perpétrer son attentat, Omar Mateen a utilisé un fusil d’assaut d’origine militaire dans une version « civile » particulièrement puissante et meurtrière.

Le débat sur le port d’arme, enjeu majeur de la campagne présidentielle

L’attentat du Pulse fait partie d’une série d’attaques à main armée meurtrières aux États-Unis qui n’ont pas manqué de relancer le débat sur le port d’armes aux États-Unis. Un port d’arme désormais autorisé dans certaines universités du pays.

La question devrait être au cœur de la campagne pour la présidentielle américaine. La candidate démocrate à la Maison-Blanche Hillary Clinton a d’ores et déjà promis qu’elle durcira les lois régissant la détention d’armes si elle est élue. Donald Trump de son côté est plutôt très favorable au port d’arme pour les citoyens, inscrit dans le 2e amendement de la Constitution américaine.

Crédits photos : © myspace.com/AFP/Archives

Partager cet article

Pour en savoir plus