Attaques djihadistes : une première pour le Mali

Par , publié le | modifié le
International Entre 200 et 700 Français font partis faire le Djihad
Entre 200 et 700 Français font partis faire le Djihad

Une vingtaine de combattants armés ont attaqué la petite ville de de Misséni, à 150 km de Sikasso, aux cris de "Dieu est grand". C'est la première attaque terroriste au Mali. La Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA) condamne avec vigueur cet attentat.

L'attaque s'est produite dans la nuit de mardi à mercredi, à 150 km de Sikasso, la capitale régionale. Un gendarme a perdu la vie, et deux personnes ont été blessées. Les djihadistes ont ensuite planté leur drapeau dans une base militaire avant de disparaitre.

C’est la première fois qu’une attaque de présumés djihadistes est menée dans le sud du Mali.

La signature d'Ansardine

Seule certitude, confirmée par des sources sécuritaires et administratives : les présumés jihadistes ont laissé une signature "Ansardine Sud", rapporte le quotidien malien Le Républicain.

Le quotidien révèle également que, selon des témoignages recueillis sur place, les assaillants seraient venus de Côte d'Ivoire, pays frontalier du Mali, et seraient ensuite repartis dans cette direction.

Des djihadistes venus du nord du Mali?

Le député de cette région, Souleymane Ouattara, a formulé plusieurs hypothèses quant à la provenance des présumés islamistes. Selon lui, il pourrait en effet y avoir des cellules dormantes de djihadistes, ou bien ces jihadistes ont pu franchir la frontière en venant de Côte d'Ivoire. "Comme c’est une zone qui fait frontière avec la Côte d’Ivoire, a expliqué le député, si des jihadistes ont été repoussés du nord de la Côte d’Ivoire ils ne pourront trouver refuge que dans cette zone frontalière avec le Mali ".

Très loin de leurs bastions du Nord-Mali, les islamistes auraient pu, selon certains experts, vouloir envoyer un signe fort aux autorités du pays : prouver qu'ils sont capables de se déplacer sur de longues distances, et attaquer là où ils le souhaitent, même loin de l'épicentre historique de leurs actions.

Pour certains, les assaillants viendraient sans doute du Nord, et auraient pu arriver jusqu'à Misseéi en transitant par un autre pays, comme le Burkina Faso voisin, ce qui suppose effectivement un long périple.

Crédits photos : Oleg Zabielin/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus