Attaque à Nice : le dispositif Facebook "Safety Check" est activé

Par , publié le | modifié le
France Le camion qui afoncé sur la foule à Nice, le 14 juillet 2016
Le camion qui afoncé sur la foule à Nice, le 14 juillet 2016

Après l'attaque au camion qui aurait fait une soixantaine de morts à Nice après le feu d'artifice, le géant des réseaux sociaux Facebook a décidé d'activer son système "Safety Check".

Le bilan provisoire de l'attaque au camion commise cette nuit est estimé à une soixantaine de morts. Les personnes résidant à Nice et dans sa région peuvent indiquer à leurs proches et à leurs amis qu'elles sont saines et sauves grâce à l'option "Safety Check" proposée par le géant des réseaux sociaux.

Le dispositif "Safety Check" est activé pour Nice et sa région

Ce système permet d'indiquer via Facebook à tous vos contacts que vous êtes sauf et qu'il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Ce dispositif qui a par le passé fait ses preuves lors d'inondations ou de tremblements de terre par exemple permet de rapidement toucher un grand nombre de proches.

Ce système est particulièrement recommandé dans ce genre de situations où simultanément, un grand nombre de personnes utilisent leur téléphone, ce qui peut saturer les lignes. Cela permet, de plus, de signaler à tous vos proches et amis que vous êtes sauf alors que s'ils tentaient de vous joindre et que vous étiez déjà en communication, les personnes tombant directement sur votre messagerie pourraient s'inquiéter et imaginer le pire.

Le préfet des Alpes-Maritimes évoque un attentat

Selon les premières informations, un camion aurait foncé dans la foule sur la promenade des anglais après le traditionnel feu d'artifice. Le premier bilan fait état d'une soixantaine de morts et d'une centaine de blessés. Un bilan particulièrement lourd car le camion a pu parcourir environ 2 km sur la promenade des anglais, particulièrement bondée à ce moment-là, avant que le chauffeur ne soit abattu par les forces de l'ordre. Le préfet, a parlé dans un premier temps d'attentat avant d'évoquer un "acte criminel".

Christian Estrosi, le maire Les Républicains de Nice, pense qu'il s'agit d'un acte préparé : "C'est un camion conduit par un individu dont on peut penser que son comportement était prémédité, structuré. Il a foncé et il a tiré sur la foule selon les policiers. Le camion était également chargé d'armes de grenades". L'élu niçois ajoute : "Dans l'histoire contemporaine de notre ville, c'est sans doute le drame le plus terrible qu'on a connu. Il faut être auprès des victimes, nous sommes en train de les accueillir au centre universitaire méditerranéen. Nous sommes en train de leur apporter un soutien" avant de conclure : "C'est une souffrance pour notre cité, pour les familles qui sont touchées. Je n'ai jamais eu à faire face à une situation aussi délicate. C'est un jour extrêmement noir de l'histoire de France".

D'autres informations sur l'attaque de Nice ici.

Crédits photos : © AFP VALERY HACHE

Partager cet article