Assises du Rhône : un homme avoue un meurtre puis tente de se suicider

Par , publié le
France
La cour d'assises du Rhône. Capture d'écran de Google Street View.

Hier, un homme qui venait d’avouer avoir assassiné en 2013, à l’aide d’un cutter, un adolescent de quatorze ans, a tenté de se donner la mort durant la pause.

Yanis Varaille était hier jugé par la Cour d’Assises du Rhône, avec deux complices, pour le meurtre en mai 2013 de Fabian Listic, surnommé Leo, un adolescent de quatorze ans. L’homme de 27 ans venait, pour la première fois, de reconnaitre avoir porté les coups de cutter mortel et noyé l’adolescent. Le suspect a profité d’une pause pour tenter de se tailler les veines.

Yanis Varaille reconnait enfin sa culpabilité

Arrêté le lendemain du drame avec sa sœur Marine Varaille âgée de 22 ans et d’Anthony Berger, 31 ans, Yanis Varaille avait, à maintes reprises, changé de version des faits, accusant son complice et impliquant sa sœur. Hier, au second jour de son procès, l’homme de 27 ans a finalement reconnu avoir porté les quatre coups de cutter avant de noyer la victime.

Pour rappel des faits, le 2 mai 2013, le groupe de 3 personnes auraient attiré la victime dans un guet-apens. En compagnie de sa sœur Marine et de son complice Anthony Berger, Yanis Varaille aurait alors égorgé l’adolescent et l’aurait noyé dans le Rhône. Le corps de la victime avait été retrouvé le lendemain à Sablons-sur-Isère, sur les rives du fleuve.

Des aveux suivis d’une tentative de suicide

Vraisemblablement perclus de remords et souhaitant soulager sa conscience, Yanis Varaille a demandé aux parents de la victime de sortir de la salle d’audience avant de finalement concéder : « Oui, c’est moi qui l’ai tué». Le suspect a alors profité de la pause qui a suivi pour tenter de se donner la mort.

Après ses aveux, l’homme de 27 ans a exploité un moment de pause pour se trancher les veines avec une lame de rasoir. Selon l’avocat de l’accusé, celui-ci aurait ramené l’objet de la maison d’arrêt et l’aurait dissimulé. Les gardiens qui surveillaient l’accusé ont pu rapidement intervenir et arrêter son geste avant que l’entaille ne soit trop profonde. Appelés sur place, les secours ont pu soigner la blessure et le suspect a pu finalement rejoindre le banc des accusés. Le verdict de ce procès devrait être rendu vendredi soir.

Partager cet article

Pour en savoir plus