Anne Frank : son appartement terrain d'un "escape game"

Par , publié le
International Maison où a habité Anne Frank (Amsterdam, Pays-Bas).
Maison où a habité Anne Frank (Amsterdam, Pays-Bas).

Une société néerlandaise est aujourd'hui sous le feu des critiques après avoir créé un "escape game" ayant pour cadre l'appartement d'Anne Frank.

Un "escape game", ou "jeu d'évasion" en français, est un divertissement consistant à s'évader d'une pièce en un temps limité. Le concept a d'abord été vidéoludique avant de se décliner sous forme physique. Ces activités rencontrent un certain succès, et la société néerlandaise d'aventure Escape Bunker d'avoir possiblement voulu tirer son épingle du jeu en choisissant un cadre pour le moins interpellant.

Le site de La Croix rapporte ainsi qu'Escape Bunker a conçu une reproduction de l'appartement dans lequel vivait Anne Frank, adolescente juive s'étant cachée avec sa famille à Amsterdam durant la Seconde Guerre Mondiale dans le but d'échapper à la Shoah.

"Escape game" : un société néerlandaise prend pour cadre l'appartement d'Anne Frank

Cette réplique, nous dit-on, fait partie d'un "live escape game" (soit littéralement, "jeu d'évasion grandeur nature) dans lequel les joueurs, présentés comme des "résistants", doivent trouver le ou les moyens de sortir d'un bunker allemand dans lequel ils ont été faits prisonniers.

Un divertissement que l'entreprise néerlandaise décrit comme une "expérience haletante" et qui peut se vivre moyennant 19,5 euros par participant. La Fondation Anne Frank a réagi à cette initiative par voie de communiqué, dans lequel elle signifie notamment que "c'est faire preuve de très peu d'empathie pour les survivants de l'Holocauste que d'utiliser cette annexe...dans le cadre d'un jeu d'évasion".

La Fondation Anne Frank évoque un manque "d'empathie"

Et l'organisation de rappeler que l'appartement dans lequel a vécu l'adolescente décédée en 1945 "est l'un des lieux où l'Holocauste a eu lieu". Thijs Verbene, à la tête d'Escape Bunker, se défend d'avoir voulu "offenser" qui que ce soit avec ce projet, et s'il ne semble pas être question d'abandonner le jeu, la société néerlandaise a néanmoins déclaré son intention d'en modifier le texte de présentation. Dans le vraisemblable but de rendre ce divertissement un peu plus acceptable aux yeux de tout un chacun.

Crédits photos : Ivica Drusany / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus