Amitiés : réciproques dans uniquement 50% des cas ?

Par , publié le
Société Des adolescents (image d'illustration)
Des adolescents (image d'illustration)

Selon une étude récemment parue, près de la moitié des amitiés serai unilatérale chez les personnes âgées de 23 à 38 ans.

Cette étude parue il y a de cela quelques semaines tend à faire s'interroger quant aux amis que l'on pense avoir. Car à en croire cette enquête, près de la moitié des amitiés serait à sens unique. Ont été sondés dans ce cadre une classe de 84 étudiants adultes âgés de 23 à 38 ans.

Chacune de ces personnes a été invitée à noter ses camarades sur une échelle allant de 0 à 5, 0 équivalant à "je ne connais pas cette personne", 3 à "c'est mon ami" et 5 "c'est un(e) de mes meilleurs amis". Il leur a également été demandé de s'imaginer quelle note elles recevraient.

Réciprocité de l'amitié : une étude menée dans une classe

Les résultats publiés fin mars dans la revue PLOS ONE semblent attester d'un décalage entre ce que l'on pense des autres et ce que ces autres personnes pensent de soi. 94% des participants qui considéraient une personne donnée comme leur amie estimaient ainsi que la réciproque était avérée.

Alors que seules 53% de ces amitiés étaient bilatérales. Si l'on peut douter quant à la portée des observations relevées dans cette enquête, les chercheurs affirment qu'elles complètent d'autres études sur la même sujet, où le taux d'amitiés réciproques oscille entre 34 et 64%.

Mauvais jugements : un mécanisme d'autoprotection en cause ?

Pour tenter d'expliquer cette disproportion, les auteurs de cette enquête évoquent la possibilité que les personnes considérant untel comme leur ami(e) le pensent car elles souhaitent cette amitié. À l'inverse, celles qui ont déjà un nombre important d'amis ne verraient pas automatiquement ces personnes comme telles.

Cette incapacité à juger correctement une amitié serait due à un mécanisme psychologique d’autoprotection, lequel ferait en sorte que l'on préfère se dire ami(e) avec telle personne afin de ne pas perdre l'estime que l'on a de soi. Au final, cette étude pourrait bien donner des idées à certains cercles d'amis, qui pourraient ainsi n'être plus qu'une ligne après le test décrit plus haut.

Crédits photos : CandyBox Images/Shutterstock

Partager cet article