Amiens : un enfant de 13 ans perd son pouce lors d'une IRM

Par , publié le
Faits Divers Ilustration. Appareil à IRM
Ilustration. Appareil à IRM

Lundi, durant une IRM réalisée au CHU d'Amiens, le pouce d'un enfant de 13 ans a été brûlé jusqu'à l'os après que l'on ait omis de lui retirer un capteur métallique.

Lundi, alors qu'il passait une IRM au CHU d'Amiens pour un examen de routine concernant son pancréas infecté, Florian, 13 ans, a été victime d'une apparente négligence lui ayant coûté l'un de ses pouces. En cause, un capteur en métal présent sur le doigt du jeune garçon qui aurait dû lui être retiré.

Sa mère s'est exprimé auprès de nos confrères du Courrier picard : "Mon enfant a hurlé de douleur. Il a subi une vraie torture. Personne de l’IRM n’a vu ce qui se passait en plus d’avoir oublié le capteur en métal. Il a détruit le pouce de mon fils pendant l’examen. Je ne peux pas le digérer. J’ai retrouvé Florian qui hurlait en salle de réveil des heures après l’accident. Personne n’est venu me chercher."

Pouce perdu lors d'une IRM : la douleur d'un enfant trisomique

La douleur pour Florian est d'autant plus forte que l'enfant est trisomique. Sa mère évoque ainsi une situation possiblement plus difficile à vivre pour son enfant en raison de sa maladie : "En plus d’avoir perdu l’usage de la main pour manger et écrire, l’impact psychologique est dramatique sur une personne hypersensible."

Le personnel médical en cause selon la mère du garçon

La mère de Florian s'en veut de n'avoir pas retiré le capteur alors qu'un brancardier semblait lui avoir assuré que cela serait fait à temps : "Le brancardier a pris Florian et a failli embarquer le moniteur. Je l’ai aidé à le débrancher ! Je lui ai dit qu’il avait laissé le capteur. Il a dit qu’ils [à l’IRM] allaient le rebrancher en bas. J’aurais dû l’enlever. Je n’arrête pas d’y penser." Elle refuse en tout cas qu'une infirmière encaisse l'entière responsabilité de cette erreur : "Pas question qu’elle prenne pour le personnel de l’IRM. Elle a donné le décontractant à Florian en sortant de la chambre. Mais l’anesthésiste, le médecin et les opérateurs de l’IRM l’ont préparé à l’examen sans voir le capteur sur l’autre main !" Florian, à qui l'on administre des traitements contre l'infection et qui est infusé en permanence d'antidouleurs pour supporter cette épreuve, attend désormais une greffe réparatrice.

Crédits photos : Hong xia/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus