Amazon lance Flex, ou le travail à la tâche

Par , publié le
Économie
Illustration. Des colis Amazon devant une porte.

On parle beaucoup dernièrement de l'"Uberisation" de l'économie. Amazon aux Etats-Unis n'est pas en reste et propose désormais avec Flex de devenir livreur intermittent.

Amazon a annoncé le lancement aux Etats-Unis d'une plateforme baptisée Flex. Son but ? Permettre à tout un chacun de devenir livreur pour le géant de la distribution en ligne. C'est un nouveau type de contrat qui est proposé, la livraison à la tâche.

Amazon Flex : "Soyez votre propre chef"

Le service, à visée uniquement états-unienne (pour le moment ?) sera déployé sous le slogan "Soyez votre propre chef: livrez quand vous voulez, autant que vous le voulez". Il est déjà entré en application à Seattle, et dans un futur très proche devrait également voir le jour à New York, Dallas, Miami, Baltimore, ou encore Chicago pour ne citer qu'elles.

Les postulants devront remplir trois critères simples : avoir 21 ans, être titulaire d'un permis de conduire et d'une voiture, et posséder un smartphone tournant sous système Android. Une fois ces obligations validées, le livreur pourra choisir des créneaux de distribution de 2, 4 ou 8 heures.

Une rémunération comprise entre 18 et 25 dollars de l'heure

Comme avec Uber, les frais d'essence et tout ce qui touche à l'amortissement du véhicule, ainsi que l'assurance, sont à la charge du livreur intermittent qui pourra chercher le ou les colis dans de petits entrepôts disséminés dans la ville. Mais aussi, la société ne couvre pas l'assurance-maladie ni le chômage. Grâce à cette nouvelle main-d'oeuvre, qui sera rémunérée entre 18 et 25 dollars de l'heure, Amazon souhaite optimiser ses délais de livraison moyennant contrepartie financière de la part de la personne qui a commandé.

Reste que juridiquement, comme le précise Le Monde, le géant de la distribution "risque d’être confronté aux mêmes obstacles juridiques qu’Uber". La société fait l'objet d'une action juridique collective conduite par des employés qui réclament que leur statut soit requalifié. Quoi qu'il en soit, Amazon fait encore parler d'elle. Il y a une semaine, elle annonçait en France le lancement de deux nouvelles boutiques sur son site, l'une spécialisée dans l'épicerie, l'autre dans les alcools.

Crédits photos : Julie Clopper / Shutterstock.com

Partager cet article