Allemagne : deux journalistes poursuivis pour haute trahison

Par , publié le

Deux journalistes allemands, auteurs sur un blog politique, sont poursuivis pour haute trahison pour avoir révélé des informations confidentielles sur les services secrets. L'enquête vient cependant d'être suspendue.

Deux journalistes poursuivis pour haute trahison en Allemagne. Cela faisait des décennies que cela n'était pas arrivé. Suite au tollé que la poursuite a levé et aux nombreux soutiens reçus par nos confrères allemands, la justice vient cependant de suspendre l'enquête provisoirement.

Une accusation de haute trahison envers deux journalistes

Hans-Georg Maaßen, le patron du renseignement allemand, a porté plainte contre les deux journalistes après la publication en février et en 2015 d'informations classées confidentielles par les services de renseignements allemands sur les activités des services de renseignements de leur pays indiquant notamment l'implication complète des services de renseignements allemands avec la NSA et d'autres services. Une pratique de divulgation de documents secrets a été particulièrement banalisée depuis l'affaire Snowden et les révélations de "Wikileaks".

Markus Beckedahl, le rédacteur en chef du site allemand "Netzpolitik" et Andre Meister un journaliste du blog ont donc été poursuivis par la justice allemande pour haute trahison.

Une enquête suspendue provisoirement

Face au tollé et aux nombreux soutiens qu'ont reçu les journalistes, la justice a provisoirement suspendu l'enquête, le temps de vérifier que les deux journalistes ont bien publié des documents relevant du secret d'Etat. Un expert a été nommé pour trancher la question.

Si le verdict de l'expert indique que les documents ne relèvent pas du secret d'Etat alors les poursuites seront abandonnées. Dans le cas contraire, les deux hommes pourraient être inculpés de haute trahison et risqueraient alors une peine de prison. L'association des journalistes allemands dénonce pour sa part une : "tentative inadmissible de réduire au silence deux collègues critiques". Certains politiques, notamment écologistes, parlent de "disgrâce constitutionnelle" et ajoutent que "sans journalisme d'investigation, nous ne saurions rien".

A noter par ailleurs que les services de renseignements britanniques ont eux aussi porté plainte dans cette affaire. En effet, les documents impliquent aussi différents autres services secrets. La très rare accusation de haute trahison pourrait donc servir d'exemple à tous les journalistes et citoyens qui dénoncent les activités d'espionnage à très grande échelle des services de renseignement.

Partager cet article

Pour en savoir plus