Alcool : une manière de "décompresser" pour les étudiants

Par , publié le
Société Les beuveries express ou "binge drinking", à savoir l'absorption rapide de grandes quantités d'alcool, progressent chez les jeunes Occidentaux au point de devenir un phénomène "inquiétant", selon l'OCDE
Les beuveries express ou "binge drinking", à savoir l'absorption rapide de grandes quantités d'alcool, progressent chez les jeunes Occidentaux au point de devenir un phénomène "inquiétant", selon l'OCDE

Un sondage d'OpinionWay paru en ce mardi révèle que 50% des étudiants consommant régulièrement de l'alcool boivent pour "décompresser".

Cette enquête que l'on doit à l'institut OpinionWay, lequel l'a menée pour le compte de la SMEREP (Sécu étudiante et Mutuelle), nous livre en ce mardi 23 juin l'une des raisons appelant à la consommation d'alcool chez les étudiants. Parmi ceux en consommant régulièrement, que ce soit entre amis ou en soirée, 50% disent ainsi le faire dans le but de "décompresser".

Un motif s'expliquant, toujours selon ce sondage réalisé auprès d'un échantillon représentatif de 500 étudiants et de 654 adhérents SMEREP, par des épisodes de stress et de dépression. Cette dernière apparaît comme la première des motivations, suivie par un désir d'être "plus à l'aise" socialement parlant et par "le plaisir de l'ivresse".

Étudiants : plus consommateurs d'alcool que de tabac

L'alcool s'avère d'ailleurs le produit psychotique le plus consommé de tous par les étudiants, devant le tabac et le cannabis. On apprend également, via Var-Matin avec AFP, que c'est aux alentours de 15 ans que les premières consommations alcoolisées surviennent. Et si un tiers de ces personnes conservent ensuite peu ou prou la même consommation, un autre la voit progresser. Quasiment 7 étudiants sur 10 disent consommer régulièrement de l'alcool, à des doses plus ou moins équivalentes.

Cannabis : un départ à 16 ans en moyenne

Sur la question du tabac, il apparaît que 25% des étudiants s'adonnent à la consommation régulière de cigarettes. Quant à la décision d'arrêter de fumer, 7 étudiants interrogés sur 10  envisagent de la prendre afin de préserver leur santé, et 1 sur 2 se disent prêts à agir dans ce sens pour des raisons financières. 20% des sondés indiquent avoir déjà fumé du cannabis, avec des premières consommations intervenues, en moyenne, à l'âge de 16 ans. Des consommations qui vont par ailleurs en augmentant pour plus de 10% de ces étudiants.

Crédits photos : © GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives Scott Olson

Partager cet article

Pour en savoir plus