Alcool : Un éthylomètre en patch pour surveiller sa consommation

Par , publié le
Santé Une femme collant un patch de nicotine.
Une femme collant un patch de nicotine.

Des scientifiques ont mis au point un alcotest en patch qui se place directement sur la peau.

L’expression « souffler dans le ballon » sera-t-elle bientôt dépassée ? C’est en tout cas ce que laisse à croire l’invention de deux chercheurs de l’Université de San Diego, en Californie.

Alors que jusqu’à maintenant, la mesure la plus simple consistait jusqu'à maintenant en une mesure du taux d’alcool contenu dans l’air expiré, confirmé ensuite par une prise de sang, il sera peut-être bientôt possible de le faire grâce à un simple patch collé sur la peau.

L’éthylotest 2.0

Suivre le taux d’alcoolémie rapidement et de manière moins invasive, tel est le postulat de départ de Joseph Wang et Patrick Mercier, les deux chercheurs à l’origine de cet « éthylotest en patch » dont les travaux ont été publiés sur le site ACS Publication.

Le dispositif prend la forme d’un capteur connecté à placer sur la peau de la personne dont on souhaite mesurer le taux d’alcoolémie. Ce dernier provoque alors une légère sudation de l’endroit où il est posé et analyse alors cette sueur grâce à une électrode contenant de l’oxydase d’alcool, un enzyme qui réagit à l’alcool en libérant du peroxyde d’hydrogène dont le taux sera ensuite mesuré par le patch.

Un patch connecté

Les données recueillies par le patch seront ensuite envoyées à un appareil mobile connecté en Bluetooth qui se chargera de prévenir le porteur du patch d’un taux d’alcoolémie trop élevé.

Ce dispositif, qui pourrait être utilisé pour prévenir l’alcoolémie au volant, a d’ores et déjà été testé sur 9 volontaires. Ces derniers étaient alors invités à consommer divers alcools. À chaque fois, le patch a réussi à mesurer le taux exact d’alcool dans le sang, et ce, même après avoir été secoué ou plié. La prochaine étape pour les chercheurs est de créer un patch qui permettrait de mesurer le taux d’alcool en continu 24 heures sur 24.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus