Airbnb visé par la mairie de Barcelone à une amende de 600.000 euros

Par , publié le
Web Une vue de Barcelone, en Espagne.
Une vue de Barcelone, en Espagne.

Les deux plateformes de location de logements en ligne Airbnb et Abritel-Homeaway sont dans le viseur de la mairie de Barcelone qui veut leur infliger chacune une amende de 600.000 euros.

Ada Colau, maire de Barcelone, a déclaré qu'"Il n'est pas admissible que des milliers d'appartements soient exploités sans licence et de manière illégale sans payer d'impôts et en causant un préjudice aux voisinage".

"Deux dossiers de sanctions ouverts"

De fait, la maire Podemos, ancienne militante du droit au logement, "a ouvert deux nouveaux dossiers de sanctions à l'encontre des plateformes Airbnb et HomeAway (...), ouvrant une procédure qui débouchera sur une sanction de 600.000 euros euros respectivement", peut-on lire dans le communqué de la ville de Catalogne.

Ce n'est pas la première fois que la mairie s'attaque à la location illégale de meublés. Au début de l'été, elle avait lancé un "plan choc" et au mois d'août, elle indiquait son souhait de fermer 254 appartements meublés, loués sans autorisation à des touristes. Mais aussi, infliger aux propriétaires une amende de 30.000 euros.

Une ville saturée par le tourisme

Tous les ans, 27 millions de touristes en moyenne affluent dans la ville de 1,6 million d'habitants, et contribuent à 12% de son PIB. Mais ce flux agace singulièrement les habitants permanents qui se plaignent régulièrement du bruit, de la hausse des prix des loyers que cela engendre naturellement, ou encore des dégradations.

Crédits photos : Pixabay / CC0 Public domain

Partager cet article

Pour en savoir plus