Air France envisage d’ouvrir le capital de son pôle régional à un investisseur

Par , publié le
France Air France

Air France a annoncé qu'il souhaite regrouper ses filiales régionales Britair, Regional et Airlinair pour en faire une entité distincte, selon des sources proches du dossier le transporteur pourrait ouvrir le capital à un investisseur extérieur.

Air France n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet et s’est contenté de déclarer par l’intermédiaire d’un porte parole,  » Nous ne faisons aucun commentaire dans la mesure où nous présentons demain (jeudi) aux cadres et devant le comité central d’entreprise (CCE) la vision globale de notre entreprise « . Selon la rumeur le fameux plan présenté demain en CCE serait la création d’un pôle régional unifié français autonome d’Air France.

Ce nouvel organisme pourrait peser jusqu’à un milliard d’euros de chiffre d’affaires, disposer d’une centaine d’avions et de 3500 salariés. À la direction on pourrait retrouver Lionel Guérin actuellement à la tête de Airlinair et de Transavia la filiale low-cost commune d’Air France et KLM. Dans le même temps l’activité de la filiale low-cost devrait être développée, elle passerait de 8 avions à 20 notamment pour désengorger Air France qui est en sureffectif.

Des projets qui devraient intervenir dans le cadre d’un plan de trois ans destiné à réduire les coûts afin d’économiser deux milliards d’euros d’ici à 2015. Le groupe a d’ores et déjà pris des mesures pour économiser un milliard, avec notamment le gel des salaires, des embauches, des investissements et le report voir l’annulation des livraisons d’avions.

Jeudi, le CCE sera également l’occasion d’éclaircir quelque peu la situation de la compagnie française qui est en grande difficulté. Des négociations avec les syndicats auront également lieux pour redéfinir des éléments tels que l’amplitude horaire, la prise de congés ou la composition des équipages. Des négociations d’importance capitale pour la direction d’Air France qui selon elle permettront d’éviter des départs non volontaires.

2500 à 5000 salariés pourraient être touchés par ce plan de départs volontaires.

Partager cet article