Air Cocaïne : les pilotes autorisés à voler mais seulement sur bombardiers d'eau

Par , publié le
France Bruno Odos, l'un des pilotes de l'affaire Air Cocaïne
Bruno Odos, l'un des pilotes de l'affaire Air Cocaïne

Bruno Odos et Pascal Fauret, impliqués dans l'affaire dite Air Cocaïne, ont été autorisés par la justice à reprendre une activité professionnelle. Mais à leur demande, uniquement sur bombardiers d'eau.

L'Agence France Presse indique que le contrôle judiciaire des deux pilotes de l'affaire Air Cocaïne a été allégé. Une décision de la Cour d'appel d'Aix-en-Provence qui leur permet d'exercer à nouveau une activité dans le secteur aéronautique.

Les deux pilotes souhaitaient participer à des épreuves de sélection

Après leur fuite rocambolesque de la République Dominicaine, pays par lequel ils avaient été condamnés à 20 ans de réclusion pour trafic de stupéfiants, la France les avait un temps privés de liberté avant de les placer sous contrôle judiciaire à la fin du mois de mars dernier. Ayant notifié leur souhait avant l'été de concourir à des épreuves de sélection de pilotes bombardiers d'eau, leur avocat avait fait la demande d'une modification de ce contrôle judiciaire.

Après le refus de la juge d'instruction à Marseille, les deux pilotes s'étaient donc tournés vers la Cour d'appel d'Aix-en-Provence.

Pour la justice, pas de crainte du "renouvellement de l'infraction"

L'arrêt, affirme l'AFP, a été rendu le 30 juin dernier. Mais ce n'est que lundi qu'ils en ont pris connaissance. La décision indique que "ce projet professionnel ne fait pas craindre le renouvellement de l'infraction puisque, s'il s'agit d'un emploi dans le domaine de l'aviation, il ne porte pas sur le transport aérien de personnes ou de marchandises mais sur la lutte contre les incendies".

En revanche, l'interdiction qui leur avait été notifiés de quitter le territoire est toujours en vigueur pour les deux hommes. En février 2016, la justice dominicaine a confirmé la peine de 20 ans d'emprisonnement. Pour rappel, Bruno Odos et Pascal Fauret avaient été interpellés à Punta Cana en mars 2013, alors que leur avion  préparait son décollage pour Saint-Tropez.  A son bord, 26 contenant 680 kg de cocaïne avaient été trouvées par les autorités.

Crédits photos : Capture d'écran YouTube / iTélé

Partager cet article

Pour en savoir plus