Agression d'une collégienne à Créteil : mise en examen de trois ados

Par , publié le
Faits Divers Photo d'illustration. Police et manifestation.
Photo d'illustration. Police et manifestation.

Trois adolescentes suspectées d'avoir violenté une collégienne à Créteil ont été mises en examen et placées sous contrôle judiciaire. La jeune victime a depuis été hospitalisée.

Les faits remontent à mardi soir et se sont produits à Créteil (Val-de-Marne). Une collégienne de 12 ans sort des cours et prend le chemin retour de son domicile quand un groupe d'adolescentes vient à sa rencontre. Des jeunes filles qui l'avaient déjà menacée et rackettée par le passée. Mardi, elles sont vraisemblablement allées encore plus loin.

Le père de la victime s'étant exprimé sur Europe1 a ainsi raconté que les ados "l'attendaient à six avec un couteau de boucher, à peu près à 200 mètres du collège". Elles l'ont forcée à "voler des canettes et des gâteaux" dans une épicerie. Avant de décrire la "déferlante de violence" s'étant abattue sur son enfant : "Elles ont déshabillé ma fille. Elles l'ont littéralement lynchée… Elles lui ont uriné dessus. Ensuite, elles avaient une cigarette, elles l'ont brûlée avec au niveau du front, des bras. Elles lui ont fracturé la mâchoire à coups de genoux, et avec le couteau, elles l'ont lacérée un peu partout".

Créteil : trois ados de 13 à 15 ans placées sous contrôle judiciaire

Nos confrères du Figaro rapportent que la victime a depuis été hospitalisée et entendue par les policiers de la Sûreté territoriale du Val-de-Marne. Et d'ajouter que vendredi, a été communiquée la mise en examen de trois suspectes dans cette affaire. Elles ont de même été placées sous contrôle judiciaire.

Celles-ci, âgées de 13 à 15 ans, sont désormais accusées d'extorsion de fonds et de violences en réunion avec arme, et font également l'objet de poursuites pour avoir filmé les faits incriminés à laide de leurs téléphones portables.

Les parents redoutent des représailles

Quelques jours avant ces mises en examen, la mère de la victime avait évoqué un déménagement prochain par peur de représailles : "Il faut qu'on parte d'ici. Les 'agresseuses' ont menacé de s'en prendre aux frères et sœurs de ma fille. Il n'est pas question de continuer à vivre à Créteil". On ignore si ce projet est toujours d'actualité.

Crédits photos : prochasson frederic / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus