Le futur radiotélescope géant SKA étonne déjà

Par , publié le | modifié le
Sciences Vue d'artiste du futur radiotélescope SKA, en Afrique du Sud.
Vue d'artiste du futur radiotélescope SKA, en Afrique du Sud.

Le radiotélescope SKA n'est encore qu'en cours de construction, mais sa première image a déjà dévoilé 1.300 galaxies, alors que 70 n'étaient seulement connues dans ce recoin de l'univers.

Le futur radiotélescope géant SKA est en cours de construction en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande. Pourtant quelques une de ses antennes en état de fonctionner ont révélé une première image qui stupéfie déjà les spécialistes.

1.300 galaxies observées au lieu de 70 déjà connues

Dans un communiqué, l'observatoire annonce non sans fierté la découverte de MeerKAT, le projet sud-africain de ce futur géant de l'observation de l'univers : "Dans une zone du ciel ne dépassant pas 0,01 % de la sphère céleste, la première image de MeerKAT montre plus de 1.300 galaxies dans l’univers distant, alors qu’on n’en connaissait que 70 jusqu’à aujourd’hui (...)Compte tenu des résultats dévoilés aujourd'hui, nous sommes confiants qu'une fois les 64 antennes en place, MeerKAT sera le principal télescope au monde de ce type avant l'avènement du SKA".

Les 16 antennes ont donc montré ce que, dans le jargon de l'astronomie, on appelle poétiquement une "première lumière". Et c'est depuis le désert du Karoo que leurs yeux de 13,5 mètres de diamètre se sont ouvert et ont travaillé ensemble. A terme, Les 64 antennes en place en Afrique du Sud rejoindront celles australiennes pour former le radiotélescope "le plus sensible du monde", rappelle Libération.

La première image du projet sud-africain du radiotélescope SKA

La première image du projet sud-africain du radiotélescope SKA

Un radiotélescope 100 fois plus sensible que ceux de dernière génération

En Afrique du Sud, la branche du projet Square Kilometer Array sera formée de 197 antennes, qui intégreront les 130.000 autres, plus petites, implantées en Nouvelle-Zélande. Pour le moment, le record d'observation d'une galaxie est tenu par le télescope Hubble, qui a capté l'instantané de l'une d'entre elles à quelque 13,4 milliards d'années. Avec SKA, l'objectif est donc de remonter encore plus loin, au plus proche des débuts de l'univers.

Le coût de ce projet est à la hauteur de son gigantisme, puisque plusieurs milliards de dollars auront été engagés d'ici à la fin de sa construction, dans les années 2020. De nombreux pays y participent, comme l’Afrique du Sud, l’Australie, le Canada, la Chine, l’Inde, l’Italie, Malte, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, le Royaume-Uni et la Suède.

Crédits photos : SKA Telescope

Partager cet article