Afrique : 500.000 enfants ont fui Boko Haram depuis avril

Par , publié le
International Une personne tient une pancarte contre Boko Haram lors de la manifestation organisée le 17 février 2015 à Niamey
Une personne tient une pancarte contre Boko Haram lors de la manifestation organisée le 17 février 2015 à Niamey

L'UNICEF vient de communiquer sur un chiffre de 500.000 enfants africains ayant fui les attaques de Boko Haram sur ces cinq derniers mois.

Avec ce chiffre de 500.000 enfants supplémentaires fournis vendredi par l'UNICEF (Fonds des Nations unies pour l'enfance) et représentant le nombre d'enfants ayant fui les attaques de Boko Haram sur ces cinq derniers mois, on en arrive à un total de quelque 1,4 million d'enfants africains ayant été contraints de quitter leur foyer dans la région du lac Tchad (Afrique).

Des départs forcés par les offensives menées par la secte terroriste au Tchad, au Niger, au Nigeria ainsi qu'au Cameroun. Le Parisien avec AFP rapporte que c'est au Nigeria que les fuites ont été les plus importantes, avec près d'1,2 million d'enfants concernés et plus d'un sur deux âgé de moins de 5 ans. Le Tchad, le Niger et le Cameroun ont quant à eux vu environ 265.000 enfants quitter leurs sols respectifs.

Boko Haram : 500.000 nouveaux enfants ont fui la menace pour un total de 1,4 million

Manuel Fontaine, directeur général de l'UNICEF pour l'Afrique centrale et de l'Ouest, a rappelé une situation qui semble vouloir s'éterniser : "Il est inquiétant de voir qu'on continue de tuer, enlever et utiliser des femmes et des enfants comme porteurs de bombes." Depuis 2009 et le début de l'insurrection du groupe salafiste, on estime à plus ou moins 15.000 le nombre de victimes de Boko Haram ayant péri dans des attentats-suicides ou des raids (des attaques chiffrées à quelque 1.100).

Opérations régionale de l'UNICEF : environ 30 millions de dollars manquent à l'appel

L'UNICEF a certes procédé au renforcement de ses opérations dans la région du lac Tchad, incluant ses campagnes de vaccination. L'agence de l'ONU souligne également qu'environ 65.000 cas de grave malnutrition ont été traités chez des enfants de moins de 5 ans. Il s'avère cependant que les fonds actuellement détenus ne sont pas suffisants pour garantir la scolarisation de 208.000 enfants, une protection contre la rougeole pour 124.000 d'entre eux et l'accès à l'eau potable pour plus de 83.000 bambins. Pour cette année 2015, l'UNICEF a ainsi dû composer avec seulement un tiers de la somme requise pour le financement de ses missions régionales, un financement demandant un total de 50 millions de dollars pour être adéquatement assuré.

Crédits photos : © AFP Boureima Hama

Partager cet article

Pour en savoir plus